Communauté Roleplay francophone SWTOR Index du Forum Communauté Roleplay francophone SWTOR Index du Forum FAQ Connexion
  Communauté Roleplay francophone SWTOR Index du Forum
S’enregistrer
Administrateur honoraire
Beo
Administrateur
Tam'
Superviseurs
Superviseur
Equipe modératrice
Modérateur-1, Modérateur-3,
Modérateur-4, Modérateur-5
STAFF



 
  Bienvenue sur le forum de la communauté roleplay francophone SWTOR. Que la Force soit avec vous !

Merci de consulter les règlements du forum, le guide de présentation et de faire votre présentation après votre enregistrement.



La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 04:14 (2017).
 

  [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Communauté Roleplay francophone SWTOR Index du Forum :: Holothèque :: Aides au Roleplay :: Univers
Sujet précédent Sujet suivant  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


 
Hors ligne
  Nelseen Glaw

Guilde: Le Cénacle/Cercle Exécuteur
Rang de guilde: Membre/Egide
Noms républicains: Nelseen
Noms impériaux: Bélasco
Localisation: Entre les mâchoires de la mort
Neutre
 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Lun 13 Fév - 15:08 (2017)
Répondre en citant

 
Le topic que vous vous apprêtez à lire est le fruit d'une frustration de MJ constatant l'éparpillement ou le manque d'informations disponibles en français sur telle ou telle faction d'individus sensibles à la Force et ce, quelque soit la période chronologique considérée aussi bien pour le cadre des films que pour tout l'univers étendu. En outre, la saga s'est tellement étoffée depuis la fin de la gamme Star Wars en système D6 que j'ai voulu regrouper les informations disséminées dans les différents médias à notre disposition. Il m'a semblé utile de proposer quelque chose pour remédier à cette situation. J'ai donc entrepris de collecter des informations sur les ordres Jedi et Sith sans oublier d'y ajouter une description des différentes factions d'adeptes de la Force qui ont vu le jour depuis bientôt 40 ans sous la plume de Georges Lucas ou des auteurs ayant contribuer au développement de cet univers de fiction dont la richesse est toujours surprenante. Je vous en livre donc ici une synthèse en les réunissant dans un seul gros sujet. C'est évidemment une liste non exhaustive. J'ai également délibérément fait court, la plupart des informations classiques se trouvant déjà dans les Fiches Roleplay.

Les textes principalement issus des sites internet Wookipedia français et anglais et des ouvrages précités sont, soit seulement retranscris, soit traduits. D'autres encore sont tirés des ouvrages Star Wars parus chez Jeux Descartes. J'ai repris également les ouvrages publiés en 2011 et 2012 par Larousse "le manuel du Jedi" et le "livre des Sith"

Enfin, le présent guide ne propose aux MJ que du « background » ou presque. Par ailleurs, j'ai décidé de laisser des factions et des informations anachroniques (en les signalant néanmoins), considérant d'une part qu'il appartient à chaque MJ de faire comme bon lui semble pour ses inspirations et d'autre part que c'est toujours un truc que vous pouvez ressortir en soirée.

Voilà, cette présentation indispensable étant terminée, bonne lecture !


Sommaire

CHAP 1 : Les conceptions de la Force

La quête des origines (L'Ashla et le Bogan)
La Force universelle
La Force vivante
La Force élémentaire
La Force unifiée (ou le Potentium)
Le Courant blanc

CHAP 2 : Les adeptes de la Force

Les Rangers Kilian
Sorciers de Tund
Jensaaraï
Les sorcières de Dathomir
Les Ysannas
Jal Shey
Marcheurs d'Esprit
Sages Baran Do
Fallanassi
Matukaï
Moines de Shimura
Moines Aing Tii
Les Bendus
Les Baadu
Les paladins de Teepo
Les chevaliers Impériaux
Les chevaliers d'acier
Les modeleurs de Kro Var

Les cas particuliers :

Les gardiens de Kiffu
Les Dervish Seguyi
Les Jedï Noirs
Les Jedï Corelliens

CHAP 3 : Fluff Jedi

1- L'équipement standard des Jedï :

Équipement de mission

2- La technologie du Sabre-Laser :

Principes de construction
Les différents types d'armes.
Les cristaux

CHAP 4 : Fluff Sith

1 - Présentation :

L'armement Sith
Les chimères Sith

2 - Organisations affiliées :

L'ordre de Mecrosa

Les sorciers de Rand

     
***
     

CHAP I : Les conceptions de la Force

"La Force est ce qui donne au Jedi son pouvoir. C’est un champ d’énergie crée par tous les êtres vivants. Elle nous entoure et nous pénètre, liant la galaxie en un tout."
Obi-Wan Kenobi.
     

Généralités :

Que l’on soit apte ou non à utiliser des pouvoirs de Jedi ou de Sith, la Force est, dans l’univers de Star Wars, en tout être et en toute chose. Même les plus sceptiques sont traversés et animés par elle. Les êtres capables, non pas de la maîtriser, mais de la comprendre, sont rares. Très rares. Au temps de gloire de l’Ordre Jedi, toute la galaxie ne comptait que dix ou vingt mille Jedi accomplis. Et à peu prés la même proportion de Sith. C’est dire si, pour un Joueur, incarner un tel personnage est un défi. Un vrai Jedi apprend d’ailleurs surtout à vivre sans utiliser la Force. En faire usage constitue généralement le dernier recours d’un chevalier. Ecouter la Force, par opposition à se faire entendre d’elle, telle doit être la devise d’un vrai Jedi. Les Sith, bien entendu, prônent un contrôle plus actif de la Force et revendiquent leur statut d’êtres supérieurs, ce qui les pousse à utiliser ce pouvoir de façon ostensible et souvent néfaste.

La Force est une énergie que l’on peut comprendre comme un courant mystique ou comme quelque chose de tout à fait naturel. Au travers des âges, elle fut considérée comme de la magie, une essence divine ou une mystification commanditée par des charlatans. Les Jedi ne furent pas les premiers à étudier la Force et ils ne seront sans doute pas les derniers.

***
     

La quête des origines (L'Ashla et le Bogan) :

Tython était un monde sauvage et primaire au climat tempéré, et l'est toujours. D’une beauté à couper le souffle, l’environnement peut pourtant s’avérer terrible et dangereux. Des tempêtes de Force naturelles déchirent le ciel, et de fantastiques créatures se tapissent dans les jungles. C'est ici, sur ce monde sublime et rude, que tout a commencé il y a très longtemps dans cette galaxie lointaine, très lointaine...

Tython possède deux lunes : Ashla la brillante et Bogan la sombre. C’est en observant ces deux astres que le concept d’équilibre dans l'univers est apparu aux anciens natifs pour la première fois. Pour les Tythans autochtones puis pour les Je’daii, il en découla la notion l’équilibre au sein de la Force qui fut le pilier fondamental de la philosophie primordiale des je'daii. Si un Je’daii s’éloignait trop de la lumière, ou des ténèbres, il est considéré comme déséquilibré. Ceux qui sont trop plongés dans la lumière sont envoyés sur Ashla pour contempler Bogan. Ceux qui, au contraire, puisent trop dans le côté obscur sont envoyés sur Bogan et méditent en observant Ashla, jusqu’à retrouver la voie de l’équilibre. Si jamais ils y arrivent.

Environ 10 000 ans avant la fondation de l'ancienne république, neuf immenses vaisseaux pyramidaux, dont on ne sait rien concernant leurs bâtisseurs, visitèrent de nombreux mondes de la galaxie et amenèrent sur Tython quelques milliers d'êtres intelligents sensibles à la Force soigneusement sélectionnés, cette migration achevée, les neuf vaisseaux partirent à différents endroits de Tython.
Après plusieurs milliers d'années de vie sur Tython, leurs descendants héritiers de leurs cultures et dépositaires de leurs croyances fondèrent l'ordre de moines guerriers des Je’daii et un Temple fut construit près de chacun de ces étranges vaisseaux immobiles nommés Tho'Yor.
Les Tythans qui vivent sur la planète Tython et qui sont activement impliqués dans l'étude et la compréhension de la Force appartiennent à cet Ordre de chercheurs et de combattants mystiques. Tous les Je'daii sont des Tythans, mais tous les descendants des Tythans ne sont pas obligatoirement des Je'daii. Le mot Je'daii est une contraction de deux anciens mots d'origine Dai Bendu : je, signifiant "mystique", et daii, signifiant "centre".

Les Je'daii concentrent donc leurs études sur l'équilibre produit par cette énergie mystique qu'ils appellent la Force. A cette époque reculée, on comptait cinq niveaux dans la hiérarchie de l'Ordre Je'daii :

- Les novices :  ceux qui débutent leur formation sous l'égide d'un ou plusieurs maître au sein d'un temple.
- Les voyageurs sont des étudiants qui vont de temples en temples parcourant Tython pour parfaire leurs connaissances de la Force et requérir l'enseignement de chaque spécialité.
- Les rangers sont l'équivalent des chevaliers de l'ère moderne et plus particulièrement des gardiens.
- Maître, il s'agit de ceux qui enseignent au sein d'un temple proprement dit, en général ils sont sédentaires.
- Maîtres de Temple, l'équivalent du titre de Grand Maître car ils siègent au conseil de l'ordre et sont chargés d'administrer le temple placé sous leur responsabilité, dirigeant de ce fait tous ceux qui y travaillent et y enseignent.

Les Je'daii édictèrent un code originel :

Il n'y a pas d'ignorance ; il y a la connaissance
Il n'y a pas de peur ; il y a la puissance
Je suis le cœur de la Force
Je suis le révélateur de la lumière
Je suis le mystère de l'ombre,
En équilibre entre le chaos et l'harmonie,
Immortel au sein de la Force.
     

Un Temple fut donc construit sous chaque Tho Yor – chacun d'eux étudiant la Force sous un aspect particulier. Les voyageurs Je’daii devaient visiter et suivre les enseignements de chacun de ces neuf Temples avant de pouvoir prétendre au titre de ranger.

Kaleth, le Temple de la Connaissance :

Bâti sur un nexus de Force, Kaleth est le lieu où les Je’daii se réunissent tous ensemble en cas d’évènements importants. C’est là-bas que les décisions sont prises et les jugements rendus, au nom de l’ordre Je’daii. Il s'agit du centre névralgique de l'ordre, son centre opérationnel en quelque sorte.

Bodhi, le Temple des Arts :

Situé sur les plaines verdoyantes, près d’agréables forêts, Bodhi est le lieu où les étudiants et les Maîtres étudient les manifestations de la Force à travers les arts : écriture, calligraphie, danse, dessin, sculpture, cuisine, musique et théâtre.

Anil Kesh, le Temple de la Science :

Dans ce Temple, les scientifiques Je’daii explorent la science et l’alchimie. L’accent est mis sur la théorie, mais les résultats sont souvent pratiques et parfois imprévisibles. Le Temple enjambe l’Abîme, une gorge si profonde que personne n’en a jamais trouvé le fond. Quelque chose dans l’Abîme parasite les sens Je’daii ; plus un être est puissant dans la Force, et plus il s’enfonce dans l’Abîme, plus ses sens sont troublés. Quelques Je’daii sont devenus fous en essayant de percer les mystères de l’Abîme. Pour les scientifiques d’Anil Kesh, l’Abîme représente l’aspect le plus mystérieux de la Force, mais ils ne cesseront jamais de sonder ses profondeurs.

Mahara Kesh, le Temple de la Guérison :


Le Temple de Mahara Kesh est situé au milieu du Grand Océan, et comporte une partie sous-marine. On y étudie les arts de la guérison, avec ou sans l’aide de la Force.

Vur Tepe, la Forge :

Ce Temple est bâti au sommet d’un volcan en activité. Un dôme intérieur, construit au-dessus de la mer de lave, utilise la chaleur du magma pour alimenter le Temple. On y étudie l’aspect pratique de la Force, et comment celle-ci peut se manifester physiquement. Il est dit que tout ce qu’Anil Kesh peut imaginer, Vur Tepe peut le rendre réel.

Qigong Kesh, le Temple des Aptitudes de la Force :

Ce Temple est situé au coeur du Désert Silencieux. Les étudiants profitent du calme ambiant pour aiguiser leurs capacités mentales et sensitives via la Force.

Stav Kesh, le Temple des Arts Martiaux :

Les étudiants Je’daii apprennent ici à développer leurs aptitudes physiques et leurs capacités de combat, comme par exemple la puissante forme du nom d’Alchaka, dont quelques Je’daii affirment en plaisantant qu’elle a été inventée pour préserver la chaleur du Temple. On y enseigne également le maniement des armes, car Stav Kesh travaille en collaboration avec Vur Tepe en testant leurs nouvelles armes.

Padawan Kesh, l’Académie Je’daii :

Dans ce Temple, les plus jeunes qui sont puissants dans la Force sont hébergés et suivent un enseignement jusqu’à atteindre l’âge d’être choisis comme initié par des Maîtres Je’daii.

Akar Kesh, le Temple de l’Equilibre :

Au-dessus de cette tour naturelle flotte le plus grand des vaisseaux pyramidaux, le Tho Yor originel de Tython. Le Temple, en plein air, qui se trouve au sommet de la tour, est reconnu comme un lieu de contemplation et de méditation. L’équilibre entre les côtés lumineux et obscur de la Force y est enseigné. Dans une cavité naturelle dissimulée aux yeux de tous se trouve une porte stellaire des célestiaux.

[AIDE AU MJ] A l'époque de SWTOR, on ne sait pas ce que sont devenus ces Temples, vu l'état de Kaleth, on peut cependant aisément supposer que ce sont tous des ruines. Une mission d'exploration ou un pèlerinage pourrait être une campagne intéressante à jouer. 

***
     

Les conceptions de la Force

Définition :

La Force est une énergie que l'on peut comprendre comme un courant mystique, c'est l'énergie qui unit et maintient la matière de l'univers en un tout cohérent. C'est aussi elle qui permet à la vie de se manifester, d'exister, à l'intelligence de se développer...Mais les différents peuples de la galaxie au cours de leur évolution et de leur parcours sur la voie de la connaissance ont développé plusieurs conceptions de ce qu'est pour eux cette énergie, certains la voient comme une sorte d'entité spirituelle semiconsciente qu'il faut savoir  couter et apprivoiser pour en retirer savoir et pouvoir, tandis que d'autres la considèrent comme un champ d'énergie dans lequel un être suffisamment évolué spirituellement peut utiliser pour accomplir des choses hors de la portée du commun des mortels... d'autres encore estiment qu'en s'appropriant cette puissance, il est possible d'influer durablement sur le réel et le plier à ses désirs.

Présentation :

De part sa nature, la Force est l'un des plus grand mystères de l'univers qui occupe les mystiques de tout horizon depuis des dizaines de millénaires tant ce concept abstrait est difficile à percevoir, maîtriser et encore plus à comprendre. L'évocation même de la Force suffit à engendrer crainte et fascination.
Même pour une organisation telle que l'ordre Jedi, le manque de certitudes la concernant reste un problème car cela a entraîné au fil des millénaires moultes théories, écoles de pensée, philosophies... Parfois peu soucieuse de paix et d'harmonie. Dans sa globalité la Force est connue pour son ambivalence à la fois alimentée par les émotions et sentiments négatifs de ses adeptes donnant naissance à ce que d'aucun appelle le côté obscur et de l'autre les valeurs positives et les états d'âme bienveillants qui renforcent ce qu'ils nomment le côté lumineux.  Toutefois, cette dualité est jugée quelque peu réductrice par certains courants de pensée qui ont voulu dépasser ce clivage. En réalité, il semblerait que la Force ne soient pas une entité semi consciente mue par une volonté propre, mais qu'elle oscille telle une balance d'un côté ou de l'autre suivant la nature de ses « fidèles ». d'où la notion d'équilibre qui pour les anciens daï bendu et les Jee'daï primitifs de Tython devait prévaloir pour que règne l'harmonie au sein de leur monde puis de la galaxie qu'ils finirent par explorer.

Cette énergie a beau être liée à tous les êtres vivants de la galaxie, rares sont ceux qui y sont suffisamment sensibles pour développer des pouvoirs surnaturels. Après de nombreux millénaires de recherches scientifiques, il est désormais acquis que le degré de sensibilité à la Force dépend en grande partie du taux de midi-chloriens présents par litre de sang d'un individu.

[Attention, à l'époque de SWTOR, les midi-chloriens sont connus uniquement que par quelques chercheurs Jedi et Sith, et ils sont encore très peu compris.]
     

Contrairement aux idées reçues, ce n'est pas ce taux qui détermine la puissance donc le niveau de maîtrise réel d'un adepte de la Force (comme pour un sportif, le taux de midi-chloriens représente le potentiel génétique d'un individu, mais si vous restez sur votre canapé, vous courrez moins vite que quelqu'un, moins doté, qui s'entrainent tous les jours.)
mais bien la qualité de l'enseignement qui lui a été prodigué mais aussi son application en ce domaine et son assiduité à l'entrainement, sa détermination et sa foi en la Force. Les midi-chloriens sont de petites créatures microscopiques organiques vivant en symbiose avec tout être vivant qui servent de relais et de connexion entre celui-ci et la Force. Cette entité ou cette énergie vitale ou cosmique défiant l'entendement a suscité au cours de l'histoire nombre de théories, de cultes et de sectes... Il est important de préciser que les conceptions de la Force exposées ci-dessous ne sont pas aussi cloisonnées qu'il y paraît, en effet elles s'entremêlent constamment.

Les différents courants philosophiques :

La Force universelle

La Force, régissant l'équilibre et l'ordre des choses dans l'univers, est à la fois vaste et mystérieuse. Aucun être, Jedi, Sith ou scientifique, n'a réussi à déterminer sa vraie nature et de manière exacte la façon dont elle agit sur le déroulement des choses. Les seuls moyens de tenter de comprendre la réelle nature de la Force sont de se baser sur des concepts développés par les êtres sensibles à la Force pendant des millénaires. La Force Universelle est une de ces théories, approuvée, véhiculée et respectée par l'Ordre Jedi. Elle correspond uniquement à une vision particulière de la Force, à une manière de la ressentir, de la comprendre et de l'exploiter. Elle repose sur le concept de la communion entre l'esprit d'un individu et la "volonté" de la Force.

L'individu reste en phase de contemplation, il se contente d'analyser et de tenter de comprendre la Force. L'individu reste à l'écoute de la Force et s'efforce de choisir la meilleure solution possible. Cette pratique plonge l'individu en position de longue observation de la Force au cours de laquelle il reste passif. Lorsque l'individu obtient une réponse de la Force, il l'exploite, la met en oeuvre et s'en remet naturellement à la Force sur son bon déroulement. La Force Universelle était de ce fait reconnue comme un moyen de percevoir le destin et le futur des choses. Ce concept de passivité et de longue contemplation est facilement reconnaissable dans les doctrines de l'Ordre Jedi qui préconisait toujours de faire des choix réfléchis et préparés. Néanmoins, bien que le concept de la Force Universelle était le courant largement majoritaire dans l'Ordre Jedi, certains Jedi avaient une vision radicalement différente de la Force, connue comme le concept de la Force vivante, basée sur le présent, et considérée comme beaucoup moins restrictive.

La Force vivante

Le concept de la Force Vivante est une théorie qui tente d'apporter des précisions sur la nature, l'utilisation et la compréhension de la Force. Elle est bien loin d'être une vision globale et objective de la Force. Adoptée par quelques Jedi qui considéraient que le concept de la Force Universelle prônée par l'Ordre Jedi était inexact, cette théorie a souvent donné du fil à retordre aux personnes qui la respectaient. De tout temps, les adeptes de la Force Vivante sont restés en grande partie minoritaires face à leurs semblables adeptes de la théorie prônée par l'Ordre Jedi. Et la Force Vivante avait bien des raisons d'être si mal vue par les adeptes de la Force Unificatrice, car elle mettait en avant des pratiques radicalement contraires à cette dernière. Alors que la Force Universelle se basait sur une longue contemplation de la Force, la Force Vivante préconisait elle l'action immédiate, dirigée par le moment présent et l'instinct.
Ainsi, avec la Force Vivante, les intuitions n'étaient plus perçues comme dangereuses, mais comme bénéfiques. La Force Vivante était également assimilée à une composante essentielle dans la compréhension et l'analyse des autres êtres vivants. En fait son objet est plutôt d'analyser la relation complexe entre les êtres, leur interdépendance mais aussi le lien qui les unit à la Force même quand celui-ci est inconscient. Pour exemple : Qui Gon Jinn, qui était un adepte de la Force Vivante, avait d'ailleurs véhiculé cette théorie de "l'immédiat" à son apprenti Obi Wan Ben Kenobi mais également au jeune Anakin Skywalker en lui conseillant de se concentrer sur l'instant présent, et non de réfléchir au futur des événements. Plus tard encore Nerra Ziveri créa un Praxeum Jedï à l'Académie d'Almas où il enseignait la Force Vivante.

La Force élémentaire

Théorie et formes de pouvoirs développés par les moines Aing Tii mais également par les modeleurs Kro Var, cette forme est basée sur les éléments naturels et la maîtrise que l'on peut avoir sur eux mais aussi sur l'espace et le temps. Pour les Aing Tii, à chaque élément correspond une couleur du spectre lumineux : L'indigo c'est la mort, le rouge c'est le feu, le jaune c'est l'âme et la spiritualité, le vert c'est la nature et la terre, le bleu c'est l'eau, l'orange c'est la matière inerte et la technologie, le blanc c'est l'air.
Quant aux Kro Var, ils vénèrent les esprits de la nature et en pratiquant des arts martiaux très anciens, ils entrent en communion avec la Force et sont alors capables de modeler les éléments naturels, d'où leur nom.

La Force Unifiée ou le Potentium [Attention anachronisme probable] :

Bien que la date exacte de l'émergence de la théorie du Potentium soit inconnue, la formation du groupement de Jedi dissidents eut lieu vers -132 BBY. Le groupe fut fondé par le talentueux et très respecté Jedi Leor Hal qui rassembla de nombreux Jedi et Padawan autour de sa cause. Quelques temps plus tard, Hal et ses suivants s'opposèrent ouvertement à la doctrine et à l'enseignement prodigué au temple Jedi, en affirmant que la vision de la Force propagée par le haut-conseil était inexacte. Se référant aux rares écrits Daï Bendu qui avaient traversé les millénaires, ses révélations ébranlèrent l'Ordre Jedi et firent monter de nombreuses tensions entre les membres adeptes du Potentium et les Jedi fidèles à la doctrine du Conseil qui considéraient le Potentium comme une hérésie alors qu'il prônait un retour aux sources plongeant plus de 30000 ans dans le passé.

Cette philosophie dissidente menaçant la stabilité de l'Ordre, Yoda se chargea personnellement de dissoudre le groupe et contraignit à l'exil tous ses membres. Expulsé de l'Ordre, Leor Hal erra dans la galaxie jusqu'à ce qu'il échoue sur une planète inconnue (Zonama Sekot). Hal découvrit rapidement la véritable nature de la planète, et entreprit de communiquer avec Sekot, l'esprit vivant de la planète. L'ancien Jedi inculqua ses connaissances et la théorie du Potentium à Sekot ainsi qu'aux natifs de la planète, les Ferroans, avant de devenir le premier magister de la planète. Ce mouvement spirituel embrassait des croyances divergentes par rapport au reste de l'Ordre Jedi à propos de la nature même de la Force. Ce groupement fut considéré par l'Ordre comme une dérive très dangereuse des enseignements Jedi pouvant laisser prise au côté obscur, ce qui motiva l'excommunication totale et définitive de tout ses membres. Les membres du Potentium ne croyaient pas en la séparation manichéenne de la Force.

Pour eux, la Force était une entité parfaite, qu'ils appelaient le Potentium et qui était un tout unique et indissociable, sans aucune contradiction.
Cette entité était le début et la fin de toute chose et entretenait une relation unique avec les êtres vivants. Selon leur théorie, le concept même du Coté Obscur était renié puisque la Force, créatrice et source de la nature, ne pouvait être associée à ces concepts puisque ce sont des notions inconnues dans la nature sauvage, ce sont de pures constructions intellectuelles n'ayant pas de préséance pour eux. La mort et la destruction font partie de l'ordre naturel des choses. Les membres du Potentium s'accordaient cependant sur le fait que la Force pouvait être responsable de désastres mais expliquaient que dans ce cas, ce n'était pas la Force en elle-même qui dans sa dualité propageait le mal, mais bien la personnalité intrinsèque de son utilisateur lui seul est responsable de ce qu'il accomplit. En conséquence, le Potentium préconisait de ne mettre aucune barrière à l'utilisation de la Force quelle que soit sa forme, la seule condition requise étant d'utiliser son pouvoir dans un but noble, désintéressé et pour secourir ceux dans le besoin. Une théorie circulait au sein de l'Ordre Jedi qui stipulait que les concepts du Potentium aient pu être pour la première fois édictés par un seigneur Sith dans le seul but de déstabiliser l'Ordre et de l'affaiblir. Aucune preuve n'était cependant venue étayer cette éventualité.

Le grand courant Blanc :

Il s'agit d'une variante de l'interprétation de la Force. Pour les Fallanassi, elle se manifeste sous la forme d'une sorte de flux et de reflux d'énergie essentiellement positive, source de béatitude et de réconfort spirituel. Les facultés auxquelles il donne accès sont profondément altruistes , mais sont aussi axées sur la survie, la dissimulation et la discrétion... Le courant blanc n'est accessible à ses adeptes que lorsqu'ils sont en paix avec eux-mêmes et entre en communion avec l'univers. Les facultés que procurent le courant blanc peuvent être maîtrisées par un jedi, mais cela demande une adaptation et une souplesse d'esprit importante. Ces pouvoirs sont lumineux, les maîtres mots de cette philosophie sont amour, paix, sérénité et connaissance.

Le Souffle :

Il s'agit d'un autre avatar de la Force, qui fut découvert il y a de nombreux millénaires. Ses adeptes (on ne connait pas leurs noms, mais il s'agit surement d'une interprétation primitive de la Force) utilisent ses ressources mystiques pour augmenter leurs capacités athlétiques et biologiques de façon à être plus efficaces. Ce sont essentiellement des capacités utilitaires faisant appel à des techniques martiales. Il s'agit de développer son corps et son esprit à l'unisson pour atteindre un stade de conscience supérieure. Ils pensaient que chaque planète générait un type de souffle particulier suivant leurs caractéristiques géophysiques et que leurs natifs maîtrisaient un type de souffle précis et unique en son genre, basé sur l'élément dominant constitutif du monde en question lié à l'empreinte qu'elle laisse dans la Force. Ils étaient aussi capables d'en voir les courants et les canaliser pour se servir de la Force imprégnant leur planète, ils ne pouvaient utiliser leurs capacités que sur leur planète natale ou à proximité de celle-ci.

CHAP II : Les adeptes de la Force

Présentation :

Les Jedi et les sith ne sont pas les seuls Adeptes de la Force.  L'expression adepte de la Force est utilisée pour désigner des individus ou des groupuscules dont les membres sont sensibles à la Force et aptes à la manipuler dans une certaine mesure en se basant sur des croyances indépendantes des doctrines sith et jedi. On usait donc de dénominations différentes pour parler d'eux selon le coin de galaxie où l'on se trouvait : cela pouvait passer par sorcier, sorcière, shaman, voire même prophète. Difficile de s'y retrouver dans de telles conditions.

En premier lieu, il faut bien comprendre que c'est la façon dont un Adepte de la Force appréhende cette « entité » qui le rend si particulier. Pour lui, elle n'était que magie et mystère, une sorte de pouvoir surnaturel sur lequel la raison comme la science n'avaient aucune emprise. Il ne l'appelait d'ailleurs pas toujours « la Force », d'autres termes tels que celui de Magie étant également fréquemment employés pour la désigner. Ce choix d'appellation dépendait en fait des traditions du groupe auquel l'Adepte de la Force était rattaché. Or, ces traditions étaient très variées puisqu'on trouvait aussi bien des Adeptes obscurs, que des Adeptes vertueux. on trouvait aussi de nombreux shamans au sein des peuplades primitives de la galaxie - pétris de la culture locale - ainsi que certains êtres ne se concentrant que sur un seul aspect de la Force - tels les fallanassi avec leur courant blanc ou bien les gardiens de la forêt d'Ithor. De plus, si la voie d'un Adepte de la Force différait clairement de celle d'un Sith, ou encore de celle d'un Jedi, elle pouvait quand même s'en rapprocher en certaines occasions, les Jensaaraï ayant par exemple basé leur idéologie sur celles de ces deux groupes antagonistes.

Des enclaves contrôlées par des Adeptes de la Force voyaient aussi parfois le jour. La première difficulté à laquelle on était confronté si l'on s'intéressait au type d'entraînement suivi par un Adepte de la Force standard, était qu'il n'existait en fait aucune véritable ligne directrice autour de laquelle les membres de ce groupe hétéroclite auraient pu se rassembler pour décider d'une formation commune. Chaque communauté avait ses propres coutumes, dont découlaient ses propres règles et autres codes de conduite. C'était souvent la faculté innée d'influer sur son environnement qui se manifestait en tout premier lieu chez l'adepte de la Force. Aussi, il était admis que c'était, dans la plupart des cas, la maîtrise de ce genre de pouvoirs qu'il cherchait tout d'abord à obtenir à l'aube de son initiation.

Les factions :

Les Rangers Kilian. (existe surement à l'époque SWTOR)

Comme il fut prouvé à de nombreuses reprises, les Jedi et les Sith n'étaient pas les seuls Adeptes de la Force. D'autres groupes furent découverts, d'autres restèrent longtemps inconnus. Les Rangers Killian faisaient partie de cette seconde catégorie jusqu'à ce que certaines sources permirent de découvrir ce groupe de vaillants protecteurs et de recueillir ces quelques informations.

Origines et rôle :

Les origines de la création des Rangers Killian demeuraient pour l'instant inconnues (Kilia fut colonisé avant 1000 BBY) mais il n'était pas improbable que parmi les colons qui arrivèrent sur Kilia IV se soit trouvée une ou plusieurs personnes sensibles à la Force et ayant reçu un minimum de formation quant à sa maîtrise. Leur but demeurait le même depuis de nombreuses années : protéger les habitants de l'unique ville de Killia IV contre les menaces internes (comme les prédateurs naturels de la planète et les Renégats) ainsi que les menaces externes (comme les esclavagistes ou les contrebandiers ayant par hasard découvert le chemin vers le monde des Rangers).

Organisation, recrutement et formation :

Il n'existait que trois grades au sein des Rangers : Châtelain, Ranger et le Seigneur Kilian. On ne connaissait pas le nombre exact de membres des Rangers Kilian mais on peut supposer qu'ils soient peu nombreux. En comparaison avec les Jedi, les Seigneurs Kilian seraient l'équivalent des Maîtres Jedi, les maîtres de l'Ordre et les responsables de la formation des Châtelains. Les Rangers potentiels étaient identifiés par les Seigneurs Killian vers l'âge de la puberté et subissaient l'entraînement pour devenir Châtelains. Chaque Seigneur Kilian entraînait un Châtelain jusqu'à ce qu'il devienne Ranger Kilian.

Équipement et armements :

En tant que membre de la noblesse, chaque Ranger Kilian portait à l'un de ses doigts un anneau portant l'héraldique d'une Maison particulière ainsi que quelques chevrons indiquant son titre dans les Rangers. Un chevron de bronze identifiait un Châtelain, un chevron d'argent un Ranger et un chevron d'or le Seigneur. La lance Siang, une arme combinant un Fusil-Blaster et une longue baïonnette, représentait l'autorité des Rangers ainsi que leur voeux de protéger et de défendre la population et la justice. La partie défensive de l'équipement des Rangers était assurée par le gantelet bouclier qui représentait l'engagement du Ranger et de sa famille. Chaque Ranger héritait de son gantelet ou se le voyait remettre par le Seigneur Kilian. Un gantelet bouclier créait un bouclier déflecteur qui augmentait la défense de son porteur mais qui nécessitait un entraînement aussi important que la maîtrise d'un sabre laser.

Les Renégats :

Tout comme les autres groupes d'adeptes de la Force, les Rangers étaient tous un jour tentés par le Côté Obscur et certains y sombraient. Ceux-ci exclus de la communauté portaient le nom de Renégats. Les Renégats Kilian vivaient dans les badlands et formaient une bande de reclus. Il arrivait que les Renégats lancent des raids vers la ville ou sur les marchands ambulants pour récupérer leurs marchandises.

***
     

Sorciers de Tund (existe à l'époque SWTOR)

L'ordre Jedi tenta de recruter diverses organisations tout le long de son histoire. Les Sorciers de Tund en faisaient partie. Confinés dans leurs enclaves monastiques, ces Mages de la Force officièrent depuis leur monde natal plusieurs millénaires durant. Vénérant ce qu'ils appelaient la Magie, ils se présentaient au reste de la galaxie comme de puissants ensorceleurs, en quête d'une meilleure compréhension de la Force. Le concept de « l'Unité », qu'ils supportaient, proclamait l'omniprésence de de champ d'énergie mystique, et mettait en garde contre le dualisme manichéen ainsi que ses variantes.
Catalogués parmi les traditionalistes Sith, les Sorciers de Tund furent fondés par un groupe de Tsis exilés. En effet si les Tsis avaient déjà pratiqué des sacrifices d'êtres vivants, déclenché des guerres, et mis au point des sortilèges avant même que ne se profilât le règne du roi Adas, ce ne fut qu'avec l'invasion Rakata que le Côté Obscur vint pour longtemps se substituer à la sérénité de leur vie spirituelle... La mort du Sith'ari conduisit cependant des prêtres Tsis à rejeter ce nouveau concept, ce qui leur valut d'être taxés d'hérétiques, puis d'être bannis.
D'instinct, ils se rendirent jusque sur Tund, mêlant science, magie et ontologie, ils pratiquaient une sorte d'art mystique. Le conseil Jedi de l'époque envoya donc des représentants jusqu'à chez eux, afin de leur proposer de poursuivre leurs études tout en évitant le piège du mysticisme et de la magie. L'offre n'aboutit pas, et cela n'avait rien d'étonnant, compte tenu du fait que les Sorciers s'avéraient souvent aussi puissants que les Jedi auxquels ils avaient été confrontés. En conséquence, il fut subrepticement décidé de laisser les Ensorceleurs poursuivre leur propre voie, pourvu qu'elle ne les conduise pas au Côté Obscur.

Les envoyés Jedi se raréfièrent au fil du temps, leur Ordre ayant été pressé par des affaires plus urgentes... On ignore s'ils tentèrent d'enrôler les mages, lors des nouvelles guerres sith [Aprés la période SWTOR] ; le seigneur sith Kaan finit en tout cas par accaparer leur attention, avec sa confrérie des ténèbres, et plus aucun représentant ne fut bientôt envoyé sur Tund, étant donné les pertes subies par l'Armée de la lumière.
Libérés de toute surveillance, certains Sorciers de Tund ne tardèrent pas à basculer du Côté Obscur... ils sombrèrent ainsi, et rapidement, dans un oubli relatif... mais pas pour tout le monde. Palpatine lui-même alla les visiter, pour s'abreuver de leurs connaissances. Son intérêt pour eux était particulièrement prononcé. Le dernier élève des ensorceleurs ne fut autre que Rokur Gepta, lequel s'infiltra chez eux grâce à sa maîtrise de l'illusion, et s'empara de tous les secrets de leur société avant de dévaster leur planète, à l'aide des radiations d'une arme biologique.

***
     

Jensaaraï (n'existe surement pas à l'époque SWTOR)

Le mouvement Jensaarai trouvait une part de ses origines plusieurs millénaires avant la Guerre des Clones. En ce temps là un Jedi prénommé Larad Noon se détacha de la voie des Jedi, il fit parti des suivants d'Exar Kun et mena ensuite une vie solitaire sur Susevfi. Là il fit la découverte d'un minerai capable de rendre les Sabre lasers inopérants à son contact : le Cortosis. A partir de ce minerai il se créa une armure afin de se protéger des Jedi dont il pensait qu'ils viendraient inévitablement, ce qui ne se produisit jamais. (pas de bol)

Noon mourut et seul son journal lui survécut. Dans ce journal il avait beaucoup écrit sur sa théorie qu'il prénomma Jiaasjen et qui signifiait « intégration de l'ombre » ; cette théorie se fondait sur la tentative de Larad Noon à fusionner son apprentissage Jedi avec son expérience en tant que Sith dans le but de justifier les atrocités qu'il avait commises par le passé et pour se préserver d'une certaine manière de la culpabilité qui le rongeait.

Des milliers d'années plus tard, au cours de la Guerre des Clones, une Jedi Anzati du nom de Nikkos Tyris arriva sur Susevfi et trouva le journal de Larad Noon. Le résultat fut la création d'une tradition unique mélangeant les enseignements Sith et Jedi grace aux enseignements du livre.

Suite à la disparition de l'Empire, les Jensaarai se révélèrent à la galaxie, certains d'entre eux, intégrèrent l'Ordre Jedi de l'époque. La formation des Jensaarai suivait scrupuleusement celle des Jedi, mais intégraient une part d'enseignement Sith dans leur formation. De plus, on remarque aussi la création d'une armure en cortose frappée à leurs armes et qui était le couronnement de leur carrière de Jensaarai. Enfin, un dernier point les distinguant des Jedi, les Jensaarai arborait un « totem » qui symbolisait généralement
des animaux.

- Apprenti : Rang le moins élevé au sein de la hiérarchie des Jensaarai. Il était l'équivalent du rang de Padawan au sein de l'Ordre Jedi.
- Défenseur : Rang équivalent à celui de Chevalier Jedi, le rang de défenseur était donné aux - Jensaarai ayant terminé leurs formations en tant qu'apprentis et ayant fabriqué leurs armures de cortose.
- Saarai-kaar : Rang le plus élevé au sein des Jensaarai, il ne pouvait y avoir qu'une seule personne à porter ce titre. Nikkos Tyris fut le premier à le porter. Lorsqu'il mourut ce fut son apprentie, celle dont la formation était la plus aboutie parmi les Jensaarai survivants de la Guerre des Clones, qui se para du titre de Saarai-kaar.

***
     

Les sorcières de Dathomir (existe surement à l'époque SWTOR, mais sous une forme plus primitive)

Groupe d’Humaines sensibles à la Force habitant le monde de Dathomir dans la Bordure Extérieure. Elles sont également connues sous le nom de Filles d’Allya, en hommage au Chevalier Jedi dont elles sont les descendantes. De façon plus générale, les habitant sont appelés les Dathomiriens ou Dathomiri.

Origines :

Aux environs de 600 BBY, une Jedi du nom d’Allya arriva sur la planète afin d’y méditer dans la solitude après avoir été exilé par le Conseil Jedi. Sur place, elle rencontra d’autres
Humains, dont les indices linguistiques laissaient entendre qu’ils vivaient isolés du reste de la galaxie.
Allya prit aisément l’ascendant sur l’ensemble du groupe et, en tant que leader, elle mit en place de nombreuses actions. Elle donna le pouvoir aux femmes qui devinrent des guerrières expertes dans l’utilisation de la Force, les mâles devinrent leurs esclaves et les Rancors, dont ils étaient autrefois les proies, devinrent leurs montures. Elle rédigea également le Livre de Loi, qui leur indiquait le chemin à suivre et la conduite à adopter, même après sa mort. Le mot d’ordre de cet ouvrage était qu’il ne fallait surtout pas sombrer vers le côté obscur.

Une fois Allya décédée, les Sorcières apprirent alors à leurs descendantes à exercer un contrôle sur la Magie, le nom qu'elles donnaient à leur compréhension de la Force, en veillant bien à ne pas succomber au mal pour respecter les volontés de leur mentor. C'est ainsi que l'héritage de l'ancienne Jedi fut transmis à chaque génération de Filles d'Allya. Leur nombre ne cessant de croître, l'expansion de leur société poussa également les Dathomiris à se constituer en une dizaine de clans possédant chacun une copie du Livre de Loi. Ces clans furent nommés en fonction de la zone géographique dans laquelle ils s’étaient établi. Ils développèrent également leur propre compréhension du Livre de Loi, générant des distinctions plus ou moins importante, creusant ainsi un clivage entre eux. Leurs distinctions devinrent des oppositions qui engendrèrent par la suite des conflits de plus ou moins grande importance. Parmi les clans les plus importants on trouve le clan de la Montagne Chantante, connu pour avoir eut des relations particulières avec la République. Le Clan de la Rivière Folle, le Clan des Chutes Brumeuses, le Clan des Collines Rouges, le Clan de la Rivière Rêveuse, le Clan du Grand Canyon ou encore le clan des Soeurs de la nuit. Ce dernier avait la particularité d’avoir sombré vers le côté obscur.

Les clans vivent près ou sur les lieux dont leur nom est originaire. Ils sont dirigés par le membre féminin le plus âgé. En tant que guerrières, elles s’entraînent chaque jour à l’art de la guerre en utilisant à la fois leur force physique et la Force. Elles étaient vêtues d’armures en peau de lézard, avaient des coiffures élaborées et portaient parfois un casque. En plus de leur excellente condition physique, celles-ci se servaient de la Force de façon magique. Elles invoquaient des formules ancestrales pour recourir à leurs pouvoirs, ainsi un chant ou ensemble de mots spécifiques était entonné au combat pour obtenir l’effet de Force souhaité. Les différents clans étaient dépourvus de technologie et surtout de moyen de transport. L'absence de véhicule leur permettant de voyager dans l’espace ne leur permit pas de se dévellopé en dehors de Dathomir.

Suite à l’esclavagisme des mâles, ces derniers étaient utilisés pour le travail pénible. Ils étaient également chassés et capturés par les femmes des autres clans pour servir de support génétique à la reproduction. Lorsqu’elles accouchaient, si l’enfant était un mâle, il devenait lui-même esclave, si c’était une femelle, elle rejoignait la sororité et était élevée dans le culte de la Force. Un mâle pouvait retrouver sa liberté s’il sauvait l’une des Soeurs de la mort.

L’utilisation du côté obscure était totalement prohibée voire puni d’exil de même que si l’origine de l’utilisation de la Force était motivée par la rage et la colère. Une Soeur exilée pouvait revenir au sein de son clan après avoir expié ses fautes. Certaines d’entre elles, en exil, se sont associées et regroupé en un clan qui devint celui des Soeurs de la nuit. Ces dernières organisèrent par la suite leur clan autour du culte de la Force Obscure. Ce clan était divisé en deux villages, celui des Soeurs et celui des Frères de la nuit.

***
     

Les Ysannas (existe surement à l'époque SWTOR)

Suite à la grande guerre des sith (340 ans avant le traité de Coruscant), la planète Ossus, qui fut durant longtemps un bastion Jedi, dut être abandonnée par les Jedi durant le conflit, laissant ainsi de nombreux trésors témoignant de l'âge d'or des Jedi. Environ quatre mille ans plus tard, une tribu primitive de guerriers chamans occupait toujours la planète désolée : les Ysannas.

Les Ysannas étaient des humains, descendants des Jedi de l'époque de la Grande Guerre des Siths. De ce fait, ils possédaient tous une maîtrise relative de la Force, cependant bien inférieure à leurs ancêtres Jedi. Les Ysannas ne possédaient quasiment aucune technologie : ils se déplaçaient sur la surface aride de la planète à l'aide de montures equines. Ils pratiquaient également d'étranges rituels invoquant le pouvoir de la Force, et se servait d'ailleurs de l'énergie mystique au combat : les guerriers se servait d'arcs tirant des fléchettes à concussion, qu'ils guidaient jusqu'à leur cible grâce à la Force, obtenant de ce fait une remarquable précision. La tribu était dirigée par un grand chef, qui se devait d'être le plus puissant des chamans, c'est-à-dire posséder une maîtrise de la Force supérieure à tous les autres membres de la tribu.

Il protège religieusement la dernière bibliothèque Jedi de la planète. Bibliothèque que Luke Skywalker explorera en son temps, la trouvant vachement bien conservé.

***
     

Jal Shey (existe à l'époque SWTOR)

Considéré comme l'un des plus anciens courants d'utilisateurs de la Force, comme l'Ordre Jedï, l'ordre Jal Shey a des origines mystérieuses. Ses membres étaient des nomades qui ne s'installaient sur des planètes que le temps de refaire des provisions. Chaque nouvelle planète était aussi un lieu où les Jal Shey espéraient en apprendre plus sur la véritable nature de la Force et d'augmenter en conséquence leurs savoirs et leur sagesse. L'étude de la Force, chez eux, était une aventure scientifique.

En effet, bien loin des dogmes religieux du Côté Obscur ou Lumineux des Jedi, les Jal Shey pouvaient s'approcher d'un nexus du Côté Obscur sans craindre de succomber à la tentation et de tuer tous leurs compagnons. L'étude des autres courants de la Force ou des espèces utilisant celle-ci faisaient aussi partie de cette grande aventure.

L'ordre Jal Shey possédait peu de membres. Ces derniers étaient divisés en néophytes (les apprentis, ceux qui ont été introduits dans l'ordre), les conseillers (des Jal Shey utilisés pour leurs talents de diplomates) et les mentors (ceux dont la sagesse et l'intelligence permettaient de donner des ordres sans craindre de mettre en danger la vie de leurs camarades). L'une des autres particularités des Jal Shey était donc d'être de grands diplomates. Leurs connaissances de la Force et des espèces de la galaxie leur avaient conféré le droit de prendre place au sein des grandes négociations sur les conflits de frontières ou inter-aliens. Leurs argumentaires étaient souvent très simples, pédagogiques, ce qui rendait les négociations rapides et les résultats durables.

Quant aux combats ou aux pouvoirs de la Force, les Jal Shey mirent en pratique une technique baptisée "Retard de Force", laquelle ralentissait les gestes de leurs ennemis ou adversaires par la Persuasion. Les Jal Shey étaient aussi de très grands artisans puisque, pour vivre, ils vendaient leurs fabrications sur les planètes où ils s'arrêtaient. Ainsi, entre autres armes, on murmurait que Revan et l'Exilée avaient porté des robes Jal Shey lesquelles, disait-on, conféraient à leurs porteurs une plus grande sagesse. On ignore si l'ordre des Jal Shey survécut aprés les Nouvelles Guerres Sith (1500 AP.TC).

***
     

Les Luka Sene (existe à l'époque SWTOR)

Il s'agit d'une secte Miraluka très ancienne qui se voue entièrement à l'étude et à la connaissance ainsi qu'à la méditation. Ce sont les gardiens des traditions miraluka. C'est grâce à eux que leur peuple a pu échapper à l'extinction suite au génocide perpétré par Dark Nihilus. Cette secte maîtrise l'ensemble des pouvoirs liés aux contrôles du corps et des sens.

***
     

Les modeleurs de Kro Var (n'existe pas à l'époque SWTOR, mais leurs pouvoirs élémentaires sont connus dans une moindre mesure)

Groupe d'adeptes de la Force ayant développé une impressionnante maitrise de pouvoirs élémentaires liés à l'air, la terre, l'eau et le feu. Malgré quelques conflits avec l'Ordre Jedi, ils n'étaient pas considérés comme des pratiquants du Côté Obscur. Les Modeleurs de Kro Var faisaient partie de ces quelques civilisations reconnues pour leurs talents particuliers qui, au premier abord, semblaient plus à voir avec la magie qu'avec la Force.
Malgré leur statut primitif, les pouvoirs des modeleurs étaient remarquables puisqu'ils se concentraient sur des manifestations visuelles et élémentaires extrêmement puissantes telles que des tornades, des tremblements de terre, des raz de marée ou des tempêtes de feu capables d'anéantir leurs adversaires. Natifs de la planète Kro Var, située au plus profond des Régions Inconnues, étaient pourtant issus d'une civilisation jeune, apparue à peine un millier d'années avant Yavin. A cette époque, les populations de Ruusan fuyaient leur planète dévastée par les Batailles de Ruusan entre l'ordre Jedï et la Confrérie des ténèbres.

Un cargo qui transportait des réfugiés rata son saut en hyperespace et s'écrasa sur une planète vierge mais aux conditions climatiques très rudes nommée Kro Var. Au fil des générations, ce qui avait le noyau dur des réfugiés qui avaient survécu se dissolvait pour former des clans rivaux qui s'éparpillèrent dans diverses régions de la planète. A un certain moment de leur histoire, des membres de ces clans développèrent une sensibilité particulière à la Force qui s'incarna par la possibilité de contrôler certains éléments, justifiant ainsi l'émergence du mot « Modeleur » pour les désigner. Dans chaque clan, ceux qui devenaient modeleurs étaient considérés comme des shamans de guerre, reconnus pour terrifier et anéantir les ennemis dans de furieuses manifestations élémentaires. Les jeunes qui montraient la capacité à devenir modeleur étaient testés pour déterminer leur élément d'affinité et étaient ensuite envoyés dans le temple dédié à ces études. L'apprentissage était particulièrement rude, les jeunes modeleurs étant à la fois formés à la maîtrise élémentaire et aux arts martiaux. Ces deux composantes formaient en effet un tout et les techniques de combat apprises au jeune modeleur étaient souvent complémentaires aux pouvoirs élémentaires enseignés. Ainsi, un modeleur spécialisé dans la maîtrise de l'air était poussé à être extrêmement mobile sur le terrain, contrairement aux modeleurs spécialisés dans la maîtrise de la terre, qui eux, étaient formés à rester plutôt immobiles et à utiliser le terrain à leur avantage par exemple.

Lorsque chaque clan découvrit ces facultés, les conflits inter-clans dégénérèrent dans d'intenses affrontements où la meilleure maîtrise de ces pouvoirs était la seule garantie de victoire. En plus d'être experts dans le maniement des lances et des épées, les véritables maîtres modeleurs étaient capables de contrôler les quatre éléments. Mais, généralement, les modeleurs de chaque clan étaient spécialisés dans la manipulation d'un élément en particulier.

Les pouvoirs des modeleurs :

A) L’Air
L’aérokynésie est la maîtrise de l’air et des molécules en suspension permettant de créer bouclier protecteur, tornades, fouets. Les maîtres de l’air ont développé un art martial permettant de canaliser leur pouvoir : le style Bagua zhang. Recherchant la décontraction et la fluidité dans le geste (avec une préférence manifeste pour l’utilisation de l’énergie et un refus de la force physique), le Bagua se distingue par l’utilisation marquée de la paume de main et par des déplacements circulaires, des rotations. Le Ba Gua est à la fois un art martial fondé sur une stratégie du combat originale (une stratégie du contournement et de l’enroulement), une gestuelle de santé (une thérapeutique énergétique) et une discipline spirituelle fondée sur la répétition du pas glissé.

B) L'eau

L’hydrokinésie offre la maîtrise de l’eau sous toutes ses formes, que se soit solide, liquide ou encore gazeux. Sous le contrôle du maître, l’eau peut devenir plus tranchante que de l’acier, ou directement être contrôlée depuis une source vivante, comme le cas des végétaux. L’eau peut aussi être utilisée pour soigner le corps de ses blessures, poisons et maladies.
Les maîtres de l’eau ont également développé un art martial qui insiste sur le développement d’une force souple et dynamique. Les muscles ne servent qu’à faire circuler l’énergie du corps, mais la contraction de muscles empêche cette énergie de circuler de façon intense. Le principe est de rester très souple et de réutiliser la force de l’adversaire.

C) Le Feu
La pyrokinésie offre la maîtrise du feu. Les maître du feu peuvent lancer des boules de feu et tirent leur puissance des rayons solaires ou de la rage présente au sein de leur coeur. Les maîtres du feu ont développé un art martial permettant de canaliser leur chi : le style Chang Chuan. Les postures sont larges, les déplacements amples, les techniques s’enchaînent sans temps mort, la force alternant à la souplesse à l’instant de l’impact. L’accent est mis sur la coordination des mouvements avec la taille.

D) La Terre
La géokinésie offre le contrôle de la terre. Elle devient alors malléable et permet de créer séisme, abysse, blocs de pierre. Une variante de la géokinésie est la maîtrise du sable, la silice étant aussi un minéral. Les maîtres de la terre ont développé un art martial : le style Hung gar. Il est surtout connu pour ses positions basses et stables, ses attaques puissantes principalement développées avec les membres supérieurs, de nombreux blocages et aussi le travail de l’énergie interne.

***
     

Les Marcheurs d'Esprits (existe surement à l'époque SWTOR, attention ils sont trés peu nombreux et ne voyagent quasiment jamais)

La Force était un concept qui avait fait l'objet de très nombreuses études, aussi bien par les Siths que les Jedi. Mais, malgré ces intenses recherches, elle demeurait extrêmement mystérieuse pour les différents adeptes qui la pratiquaient. Retranchés à bord de la station sinkhole, au plus profond de l'Amas de la Gueule, un groupe d'adeptes était cependant parvenu à atteindre une exploitation inégalée de cette mystérieuse entité. Les Marcheurs d'Esprits, comme il se désignaient, mais également connus sous le nom de Buveurs d'Esprits, avaient en effet découvert a sein de la Force le moyen de séparer à volonté leur âme de leur propre corps. Lorsqu'ils parvenaient à "libérer" leur âme, les adeptes du voyage astral pénétraient dans une sorte de royaume parallèle, où le seul élément avec lequel ils pouvaient être amenés à interagir était la Force. Ce royaume "Au delà des Ombres", comme ils le désignaient, faisait fi des concepts les plus élémentaires du monde réel comme le temps ou l'espace.

Lorsqu'un être pénétrait dans ce royaume, il lui était impossible de percevoir le temps qui s'écoulait : chaque événement paraissait à la fois durer un instant et à la fois l'éternité. Au delà des ombres, les adeptes s'abandonnaient totalement à leur nouvelle vie et ne ressentaient pas la nécessité de retourner au sein du monde réel, où la Force était bien moins perceptible que dans cet univers.
La séparation entre le corps et l'âme pouvait être pratiquée par n'importe quel être sensible consentant. Il lui suffisait d'être accompagné d'un guide ayant déjà expérimenté le voyage astral Cette pratique n'était cependant pas sans danger. En effet, pendant que l'esprit demeurait au delà des Ombres, le corps était en quelque sorte abandonné à son propre sort. Les Marcheurs d'Esprits étaient persuadés que celui ci était maintenu en vie par la volonté de la Force, mais la réalité était toute autre : souffrant de déshydratation et de malnutrition, le corps délaissé finissait par s'affaiblir inexorablement et pouvait même aller jusqu'à s'atrophier et à mourir. Ce phénomène était d'autant plus dangereux que l'esprit n'avait aucune notion du temps qui s'écoulait au cours de son voyage au delà des ombres.

***
     

Les Sages Baran Do (existe à l'époque SWTOR)

Les Kel Dor avaient une longue affinité avec la Force : des années avant que Dorin ne rejoigne la République Galactique, les Kel Dor étaient dirigés par les Sages Baran Do. En effet, ces derniers avaient commencé par développer leur contrôle de la Force en prédisant les dangers qui pourraient survenir à leur peuple : catastrophes naturelles, guerres, famines, etc. Les Kel Dor furent à de nombreuses reprises sauvés grâce aux prédictions des Sages sensibles à la Force. De plus en plus puissants, le Baran Do devint alors spécialisé dans de nombreuses branches : certains Kel Dor devinrent des enquêteurs pour les affaires de crimes, d'autres conseillaient les citoyens sur la façon de conduire les événements dans leurs vies. Le gouvernement de Dorin lui demandait aussi ses précieux conseils sur la meilleure manière de gouverner.

Lorsque l'Ordre Jedi découvrit le Baran Do, ce dernier tomba en désuétude. Le sénateur de Dorin au Sénat Galactique se passait volontiers des conseils des vieux Sages. La société Kel Dor ne faisait plus appel à eux pour définir ce qui allait se passer à l'avenir, et commença à considérer le Baran Do comme une assemblée de prophètes ou de mages, bien qu'ils continuent à apprendre les voies de la Force à leurs manières à de nouveaux apprentis. Cependant, l'ordre perdura et survécut notamment aux sombres années de l'Empire Galactique de Palpatine.

Les pouvoirs des Baran sont hérité de l'usage des premiers jed'aï qui les leur avaient enseigné.

***
     

Fallanassi (existe à l'époque SWTOR)

Les Fallanassi étaient un groupuscule isolationniste d'adeptes particuliers de la Force qu'ils nommaient le Courant Blanc, un courant d'énergie mystique basé sur la Force et destiné à un usage exclusivement pacifique. De temps à autres ils acceptaient dans leurs rangs des non-humains, mais majoritairement, ils étaient humains ou presque. La tradition Fallanassi est très ancienne, certains prétendent même qu'elle précèdent dans l'histoire, l'apparition des Jedi sur Tython. Contrairement aux autres adeptes de la Force, ils ne recrutaient que très peu à l'extérieur de leur communauté. Leur mode de vie nomade et leur discrétion leur a permis de se préserver à travers les millénaires. Au contraire des autres pratiquants de la Force, ces adeptes ne faisaient pas la guerre et utilisaient le Courant Blanc dans un usage strictement contemplatif.

De nombreux pouvoirs ne furent jamais maitrisé par les Jedi. Parmi eux, citons l'Immersion, qui permettait à un adepte du Courant de repérer un autre adepte, et ce malgré des millions d'années lumières les séparant. Enfin, l'un des pouvoirs les plus légendaires par les Fallanassi était l'Ecriture: un adepte pouvait écrire un mot de Pouvoir permettant de faire à peu prés tout et n'importe quoi en fonction de ses capacités et de lien avec le Courant Blanc (ouvrir des portes, voir les futurs probables, faire apparaitre l'illusion d'une flotte gigantesque...) D'après ses adeptes, le courant blanc manipulait des propriétés différentes de la Force ou du moins elle ne s'exprimait pas de la même façon pour eux exigeant une profonde sérénité pour être ressenti et utilisé. Ils s'abandonnaient totalement à cette énergie plutôt que de tenter de la domestiquer pour lui imposer leur volonté et ainsi pervertir son action. Cette vision des choses a induit leur mode de vie très particulier qui a banni toute violence de leur société. L'initiation au courant blanc passait toujours des parents aux enfants qui apprenaient à considérer ce flux mystique comme une fin et non comme un moyen. Leur but étant d'arriver à un état de développement spirituel qui leur permettraient d'accomplir l'ascension à l'instar des Whills et des anciens Célestiaux. Ils se considéraient comme d'éternels étudiants face au courant blanc, toute leur vie y étaient dévolue. Leur haute spiritualité condition indispensable à l'usage du courant blanc s'incarne dans une philosophie de vie exigeante prônant la non-violence. Celle-ci a plusieurs ramifications. Trois branches recoupant chacune un mode de pensée précis exprimant les conceptions spirituelles de leurs adeptes.

***
     

Les Whills (existe à l'époque SWTOR)

Communauté sectaire quasi-inconnue de tous, l'Ordre Antique des Whills faisait partie des sociétés qui, à l'instar entre autres des sorciers de Tund ou des moines Aing Tii, avaient le pouvoir de maîtriser la Force sans être affiliées aux traditionnels Jedi et Sith. Qualifiés de Shamans des Whills, les membres de cet ordre avaient développé en secret l'ésotérique capacité de garder leur essence dans la Force après la mort, une capacité amenant à une sorte d'immortalité qui ne pouvait être atteinte que grâce à une piété et une compassion totale.

***
     

Matukaï (existe à l'époque SWTOR)

Le mouvement Matukai vit le jour sur Karvoss II en 4000 BBY après qu'une femme humaine sensible à la Force ait réussi à la découvrir grâce à des exercices de méditation basés sur les arts martiaux. A partir de là, cette femme - dont le nom nous est encore inconnu - apprit à mieux maitriser la Force et peu à peu se vit entourée d'élèves également sensibles à la Force. Cependant, le nombre de Matukai ne dépassait jamais les 50 ou 60 adeptes. Ce qui les distinguait des autres organisations était le fait qu'ils faisaient de leurs corps le point central de leur méditation pour approcher la Force : ainsi ils cherchaient constamment une harmonie entre le corps et l'esprit. Là où l'ordre Jedi pratiquait généralement une méditation passive pour entrer en communication avec la Force, les Matukai entraient en communication avec cette dernière à travers des exercices physiques intenses.

L'aspect unique de cette organisation résidait dans le fait que leur entrainement, à l'inverse des Jedi, était ouvert à toutes personnes sensibles à la Force et également à ceux étant très peu puissants, ce qui permettait à ces derniers de compenser leur faible maitrise de la Force par une grande maitrise de leur corps. C'était ainsi, à travers leurs arts martiaux méditatifs et des rituels somatiques, que les Matukai espéraient que l'étincelle de Force, qui était en chacun d'eux, devienne un jour une flamme. Les exercices Matukai étaient également tournés vers plusieurs buts tels que garder un corps fort et purifier à travers les exercices physiques et également éviter de toucher l'empreinte du Côté Obscur. Pour éviter ce dernier, il était apprit aux Matukai une certaine flexibilité d'esprit qui leur empêchait d'être frustrés ou énervés et qui les gardait toujours détendus et sans stress. Les  atukai, tout comme les membres des Zeishon Sha, n'utilisaient pas de Sabre laser. L'arme de leur choix était nommée Wan-Shen. Il s'agissait d'une grande hallebarde dont la lame avait été forgée et moulée à l'aide de la Force, ce qui en faisait une arme exceptionnellement solide. Les Matukai, tout comme les Jedi avec leurs sabre lasers, faisaient du Wan-Shen un point de concentration extérieur et l'arme devenait également le prolongement de leur corps. La maitrise qu'ils en avaient faisait qu'ils pouvaient parvenir à le manier très rapidement. En utilisant leur corps comme pôle central de leur concentration, ils pouvaient arriver à la création d'un tourbillon, alliant les coups contondants du manche de leur arme et les coups portés.

Reconnaissant le pouvoir grandissant des Matukai, les Jedi envoyèrent, 580 ans avant la bataille de Yavin, une délégation avec à leur tête Bodo Baas, pour ouvrir des pourparlers en vue de rallier les Matukai à l'Ordre Jedi. Cependant, Typhoon, leur chef, refusa la proposition. Ils furent quasiment exterminés par Dark Vador aprés l’avènement de l'Empire.

***
     

Moines de Shimura (existe à l'époque SWTOR)

Longtemps avant que n'existent les sabre-lasers, existaient déjà les Jedi. Avec l'invention de ces armes gracieuses, les Jedi commencèrent à perdre de vue tout ce que la force sous-entendait et tombèrent dans le sombre piège de la technologie, telle était la principale pensée de Kambei Shimura. La Chevalerie commençait à trop s'appuyer sur les commodités de la technologie. Ce n'était pas la Voie de la Vie ; la Voie de la Force. Jedi après Jedi prirent le sabre et partirent vers les étoiles et les aventures qu'elles amenaient. Un Jedi ne recherche pas ces choses. Dégoûté du comportement de ses camarades Jedi, Shimura se détacha de l'académie avec une poignée d'étudiants dévoués et établi un temple sur la sixième lune de la troisième planète du système de Nikus. Là il enseigna à ses disciples les véritables trésors de la force: perfection par la paix intérieure, la compassion, la contemplation et, ironiquement, la tolérance.

Les Millénaires passèrent et étudiant après étudiant rejoignirent la confrérie et apprirent les enseignements de Shimura et de la Voie du Ka, la philosophie religieuse des Moines. Semblable au Zen, Ka enseigne la spiritualité intérieure de la vie et de l'âme. Tout est fourni au travers de la force, il est peu utile d'avoir recours à de froides et insensibles mécaniques. Les moines prônent la non-utilisation de la technologie (informatique,robotique, mécanique), mais ils acceptent d'employer des objets issus de l'artisanat donc fait par des mains expertes.

Un Moine Shimura n'accepterait jamais les prothèses ou les perfectionnements cybernétiques, pas plus que s'associer avec des droïdes. Il croit toujours dans le code jedi, bien que la Chevalerie ait permis à la technologie d'opacifier leur jugement. Les Moines Shimuran ne sont pas rétro, fondamentalistes antitechnologique. Ils n'attaquent pas les centres technologiques ou ceux qui choisissent d'employer cell eci, pas plus qu'ils ne harcèlent des citoyens dans les spatioports avec des brochures les condamnant pour leur façon de vivre. Ils ont simplement des perspectives différentes sur la vie. Si on leur demande, ils leur diront un koan d'illumination (prière du Ka). Si on va à leur rencontre, ils enseigneront leurs croyances (mais seulement ceux qui prouveront leur digne volonté apprendront le ka). Les Moines ne détestent pas les Jedi; en fait, ils ressentent de la pitié pour leurs frères et feraient n'importe quoi pour les aider à les ramener dans la lumière. Les Moines de Shimura sont surtout connus pour leur maîtrise du ka, leur art proto-martial. La pratique du ka renforce l'esprit, le corps et l'âme. Ils se dressent également puissamment contre tous ceux qui menaceraient la sainteté de leurs temples grace à leurs maitrise de la Force et des arts martiaux.

***
     

Moines Aing Tii (existe à l'époque SWTOR)

Errant pour ainsi dire depuis toujours dans les confins de Kathol à bord de leurs Vaisseaux Sanhedrim, les Moines Aing-Tii étaient une espèce mystérieuse. Personne ne savait grand chose à leur sujet, pour la bonne raison qu'ils fuyaient les hypothétiques rencontres, réagissant très violemment au dérangement que des étrangers pouvaient leur faire subir (qu'il s'agisse d'une attaque - comme en fit la mortelle expérience le seigneur du crime Rodien Rei'kas - d'une volonté "d'amorcer la conversation" ou même de leur simple présence). De fait, les premières informations que l'on put obtenir sur eux furent issues des relevés pris sur le site du crash d'un de leurs vaisseaux, à l'époque de la guerre civile galactique.

En effet, les Aing-Tii, réceptifs à la Force, formaient une communauté de moines mystiques dont l'approche de la Force était unique : niant l'existence d'un côté clair ou d'un côté obscur, ils la considèraient comme un arc-en-ciel dont chaque rayon pouvait être utilisé. Qui plus est, ne croyant ni tout à fait au libre arbitre ni à la prédestination, les Aing-Tii étaient convaincus que l'on n'est que "guidé" vers une voie. Bien que peu hospitaliers, les Aing-Tii étaient un peuple qui aimait partager sa culture.

Ainsi, ils n'hésitaient pas à révéler leurs moindres secrets aux rares élus à qui ils accordaient leur hospitalité. Les moines ne souhaitaient pas convertir les visiteurs à leur culture mais plutôt à leur apprendre comment fonctionnait leur société. Difficilement compréhensibles pour le reste de la galaxie, les Aing-Tii naviguaient dans les abords de la Faille de Kathol, naviguant paisiblement puis changeant brusquement de cap, en quête d'une réponse de "ceux qui habitent derrière le voile", qu'ils considèraient comme leurs dieux ; nul ne savait vraiment de quoi il s'agissait. Toujours était -il qu'en dépit de leur absence quasi totale de contacts avec l'extérieur, les Aing-Tii sont loin d'être une espèce primitive ou archaïque : leurs vaisseaux organiques étaient extraordinairement puissants et étaient la preuve d'une habileté technologique unique dans la galaxie. Ainsi, leurs longs voyages n'empruntaient pas l'hypersepace, mais effectuent des sauts instantanés d'un point vers l'autre, utilisant leur technique de téléportation de Force.

Physiquement, les Aing-Tii était des créatures également très étonnantes : ce furent des mammifères mesurant généralement deux mètres de haut dont le corps était couvert de grandes plaques osseuses décorées de tatouages qui formaient, autour de leurs têtes, des sortes de casques protégeant leur museau. Leurs corps étaient souples, prolongés d'une longue queue et disposant d'impressionnantes griffes sur les jambes et les pattes. Les Aing-Tii ne parlaient pas, ce qui était en grande partie lié à leur mysticisme... et à leur absence de bouche.

***
     

Les Daï Bendus (existe à l'époque SWTOR)


Cet antique ordre spirituel dispensait un enseignement métaphysique se traduisant par la mise en pratique d'une discipline du corps et de l’esprit qui, à force d’abnégation, permit à ses pratiquants de découvrir et d’utiliser la Force. L’évolution de cette discipline est à l'origine de l’Ordre Je'daii. Pour les Bendu, la Force est une émanation de la Nature, elle est présente dans chaque être vivant, entre chaque être vivant. Et dans la Nature, on peut difficilement parler de Côté Obscur ou Lumineux. La Nature n’est pas manichéenne : peut-on dire qu’un prédateur est cruel parce qu’il tue pour se nourrir ? Les bendus, comme leurs héritiers du potentium, pensent que s’il existe un Côté Obscur ou Lumineux, celui-ci se trouve dans l'esprit de chaque individu, pas dans la Force elle-même qui maintient l'univers en un tout. Par conséquent, les Bendu ne classent pas les pouvoirs de la Force de la même façon que leurs successeurs Jedi et Sith. Ce ne sont pas les pouvoirs qui peuvent mener au Côté Obscur, c’est l’usage déviant et déraisonnable que l'on en fait.

Certes, il faut toujours se préserver de la déchéance, mais la discipline Bendu est censée aider ses utilisateurs à bien faire le tri et le bon choix. Un Bendu peut parfaitement utiliser un pouvoir du Côté Obscur s’il le fait pour une cause juste, ou pour sauver une ou plusieurs vies... et s’il analyse bien sa motivation intérieure. La discipline Bendu n’était pas vaine. Elle fut efficace pendant plusieurs siècles. En outre, il était spécifié dans la loi ancestrale Bendu qu’un disciple ou un adepte totalement perverti, sans aucun espoir de retour, se verrait jugé par ses pairs Bendu... et bien souvent traqué et abattu, si aucune autre possibilité n'était possible. Ceci en effet afin de rétablir un certain équilibre.

L’Ordre Je'daii de Tython dans un premier temps est donc né de la discipline Bendu. Puis il évolua pour muer et devenir l'ordre dque nous connaissons. Afin de canaliser l’énergie des élèves et de leur inculquer valeurs et repaires et ainsi éviter tout écart, le Code Bendu a été créé afin d’éviter que les sentiments trop forts ne mènent les disciples à leur perte car un individu passionné et émotif agit souvent impulsivement, et se contrôle difficilement. Et les sentiments peuvent se nourrir d’eux-même, ce qui peut être une voie vers le Côté Obscur.

Le code Bendu :

L'âme est complexe et l'esprit multiple,
La Force est unique et indivisible.
De l'obscurité émerge la lumière, de la lumière naissent les ténèbres.
Le bien et le mal sont une création de la raison,
La faiblesse est de ne croire qu'à la puissance qui ne se conquiert que par la sagesse.
Sans justice, la Force est tyrannique.
Sans la Force pour guide, la justice est inopérante.

     

La discipline Bendu est donc basée sur ce délicat équilibre personnel qui permet d’éviter de sombrer dans la folie du Côté Obscur. Cet ordre primitif se composait de sortes de moine guerriers. Ils combattaient avec des armes contondantes ou blanches. Les moines Daï Bendu étaient originaires du monde du premier Ando. C'est là qu'ils vivaient lorsque les To Yhor vinrent les chercher pour les amener sur Tython où ils donnèrent naissance à l'ordre Je'daii. Des petites communautés de Bendu survivent encore sur Ando pendant le blocus de Naboo (film I)

***
     

Les Baadu (existe surement à l'époque SWTOR)

La voie de Baadu, est une branche rarissime d'utilisateurs de la Force. Ils tentent consciemment de rester neutre entre le Côté Obscur et la voie des Jedi. Ce n'est pas une tâche simple, et c'est encore plus difficile d'atteindre une neutralité réelle quand on parle de la Force. Un pouvoir de la Force très spécialisé (La Purification) est nécessaire à l'existence du Baadu. La Voie de Baadu fut créée par Biirta Baadu, un Maître Jedi humain qui flirta avec le Côté Obscur durant la majeure partie de sa longue vie au service de la Force. Il ne devint jamais un adepte du Côté Obscur, mais devint fort versé dans son utilisation. Biirta s'efforça de développer un pouvoir de la Force qui serait capable de le sauver des griffes du Côté Obscur. Il fut toujours juste hors de son atteinte. Il n'apprit jamais à personne sa découverte, mais son journal lui survécut. Quelques copies de celui-ci furent éditées, et existe encore dispersées dans la galaxie.

Cela a suffit pour que d'anciens élèves finissent par entrer en possession de ces reliques et deviennent ses disicples posthumes. Ils sont une expression de la voie de l'équilibre. La voie du milieu est leur voie. Ils ne s'interdisent pas de faire appel à des techniques relevant du côté obscur, mais ils se gardent de se laisser séduire par la facilité et la puissance brute séductrice que représente le côté obscur dont ils ne nient pas l'existence et les ravages. Simplement, ils pensent qu'une hygiène de vie ascétique, une profonde humilité, un dévouement total pour ceux qui souffrent... suffit à les préserver de la mégalomanie qui guette habituellement les praticiens du côté obscur. Les Baadu ont donc plutôt une tendance à la solitude. Il n'existe pas d'unité dans les rangs des Baadu et il y a même quelques inimitiés entre leurs membres lors des rares rassemblements de ceux-ci. La Voie de Baadu est une voie solitaire, et bien peu de gens sont capables d'atteindre le degré de lucidité et d'évolution de conscience que requiert cette philosophie. Si la plupart des Baadu tend à vivre des existences "douteuses", tel que devenir Chasseur de primes ou Contrebandier, etc. et Bien que leurs actes sont sans aucun doute illégaux (pour la majeure partie), leur méchanceté intrinsèque n'est qu'une chimère.

***
     

Les paladins de Teepo (n'existe pas à l'époque SWTOR, ce texte peut servir de modéle pour un jedi qui souhaiterait déposer le sabre, par exemple)

Ce groupe de Jedi s'est constitué sous la direction de Quinlan Vos après l'Ordre 66. Réfugiés sur Nal Hutta, ils édictèrent de nouvelles règles de façon à perpétuer l'enseignement Jedi mais en l'adaptant à un monde hostile aux utilisateurs de la Force. Leur survie passait par l'abandon du sabre laser. Là résidait la condition principale de leur survie mais aussi de ne pas user de leurs facultés de façon ostentatoires. Ils ont initié un nouveau style de combat basé sur le blaster paralysant et l'escrime avec une arme blanche classique moins suspecte qu'un sabre laser. Ainsi, leur spécialité est d'utiliser la Force pour accroître leurs sens, leur vitesse, d'améliorer leurs défenses, soigner... Leur but était de sauver l'ordre de l'oubli pour avoir une chance de le reconstruire un jour. Ils ont donc inventé la rapière-blaster ainsi qu'une arme de poing bien spécifique : le cosmo-dragon. En plus de suivre le code Jedi, les Teepo ont quelques règles de base qu'ils respectent :

1. Ne dégainez jamais votre blaster sans que quelqu'un vous ait d'abord pris pour cible.
2. L'agression fait partie du côté Obscur. Elle ne devra jamais être utilisée. Soyez en parfaite harmonie et en paix avant d'agir. Un Paladin Teepo n'agit jamais sous l'emprise de la colère ou de la haine.
3. N'employez jamais un sabre-laser.
     

Pour accompagner ces règles, existent quelques règlements non spécifiés de l'ordre de Teepo. Les Teepo n'utilisent jamais de blasters lourds, voire encore plus puissant. Ils ne cachent jamais les armes qu'ils portent (c'est un symbole de ce qu'ils sont). Ils ne portent jamais d'armure d'aucune sorte. Le Teepo approuvent également tous les aspects du code Jedi.

***
     

Les chevaliers Impériaux (n'existe pas à l'époque SWTOR, ce texte peut servir de modéle pour des Gris ou une Guilde d'Adeptes de la Force non affiliés)

De même que les anciens jedï sentinelles, Au cours de leur formation, les chevaliers impériaux ont appris à résister à l'influence du Côté Obscur de la Force. Ils sont craints, pour leur capacité à trouver, traquer et éliminer les félons impériaux ou jedi noirs et autres menaces de l'ombre sans être tentés de céder à l'obscurité. A force d'entraînement, quelques-uns d'entre eux sont particulièrement résistants aux pouvoirs terrifiants du Côté Obscur qui auraient eu raison d'autres utilisateurs de la force.

Si leur force de caractère est saluée par les Jedi, ils sont toutefois sujets à la méfiance de ces derniers comme l'étaient autrefois les Jedi Baadu avec lesquels ils partagent de nombreux points communs . En effet, les jedi pensent que cette exposition régulière au Côté Obscur est un leurre et qu'ils ne peuvent le supporter toute leur vie, même s'ils ont juré de détruire les serviteurs des Ténèbres. Bien que cette attitude pouvait être gênante pour certains, la plupart des chevaliers impériaux ne se préoccupent guère de la paranoïa des autres. Pour cette raison, les Maîtres de l'ordre (commandeurs) sont d'excellents mentors, ennemis jurés du Côté Obscur et ils savent faire preuve de subtilité et attendre leur heure, usant de leurs pouvoirs et de leurs relations pour isoler, juger et châtier leurs ennemis. Combinant à la fois l'entraînement physique avec leur maîtrise de la Force, les chevaliers impériaux se concentrent avant tout sur leurs prouesses au combat.

Le Code de conduite :

Un Chevalier Impérial se montre respectueux envers les autorités, modeste, désireux d’aider sa communauté à gagner du prestige, tous doivent :

- Respecter l’autorité
- Honorer sa parole et ne jamais la donner à la légère
- Rester honnête et ne jamais trahir la confiance accordée
- Rester loyal envers ses idéaux et ses engagements
- Rester maître de ses impulsions et faire un usage louable de ses émotions
- Agir avec noblesse et distinction
- Toujours donner le meilleur de soi et ne jamais abandonner
- N’utiliser ta puissance que pour servir des intérêts légitime ou protéger celles et ceux qui doivent l'être.
- N'intervenir en cas de conflit que pour faire régner l’ordre et la justice.
- Être prêt à se sacrifier
- Ne jamais reculer devant l’ennemi
- S'engager à privilégier son engagement envers les autres avant sa dévotion envers la Force.

Basé au sein de la célèbre Académie Impériale de Bastion, ils apprennent à maîtriser la Force, l'historique de l'Art Martial de l'Ordre (les arts Echani et Teras Kasi), le fonctionnement d'un sabre-laser ainsi que la perfection du combat. Il faut savoir qu'un chevalier impérial est avant tout un soldat. Le Chevalier Impérial, lors de son entrée à l'Académie est tout d'abord mis en quarantaine dans une salle minuscule où il est recroquevillé sur lui-même. Pendant trois jours, il ne s'alimente pas, ensuite, on lui donne à manger, toujours dans cette salle. Au bout de quarante jours, le corps est considéré comme sain et l'être est prêt à être formé comme apprenti. Au début, il devra apprendre les rudiments puis l'histoire des différents styles de combat puis l'art du sabre-laser et enfin il accèdera aux arcanes de la Force.

Ayant ainsi atteint le stade de stagiaire, le Chevalier Impérial commence alors la formation des techniques de combat puis des pouvoirs de la Force. Lorsque le Chevalier est opérationnel sur ces rudiments de base, alors à ce moment, il peut sortir de l'Académie commencer sa véritable vie en tant que fantassin. Il est d'abord placé dans une unité où, avec ses "frères" il apprend sur le terrain à se servir à bon escient de ses pouvoirs, quand il le faut.
Petit à petit il apprend à être autonome et à agir seul. Il atteint alors le stade de Paladin, il apprend à agir seul avec ses pouvoirs, et commence à se former à une nouvelle forme de combat que sa forme initiale.

Ainsi au cours de son existence, le Paladin devient de plus en plus aguerri avec ses deux formes de combat. Le troisième stade est celui de Prétorien, sorte d'armée d'élite, elle est celle la plus courtisée pour répondre rapidement à des litiges. Les Prétoriens, en plus d'avoir eut la formation type reçoivent une formation plus concrète aux dogmes ainsi qu'aux lois qui usent de leurs pouvoirs pour faire régner l'Ordre et la paix. C'est à ce stade, qu'il reçoit son armure forgée à base de cortose et de beskar'gam et sa combinaison tissée de Phrik.

Le grade suivant est celui de Commandeur. Les Commandeurs sont les éléments les mieux entraînés et les plus craints au sein de l'ordre, ce sont les supérieurs directs des prétoriens, équivalent des maîtres jedi. Le stade ultime que seuls trente chevaliers ont atteint dans leur vie, est celui de Licteur. Ils sont l'Elite parmi l'Elite et dirigent l'Ordre sous l'Egide de Sa Majestée qu'ils vénèrent. Proches des dirigeants sursectoriels, ils sont les portes-parole physiques du couple impérial présents pour surveiller l'activité des Grands Moffs. La visite d'un licteur est toujours appréhendée par ces derniers.

Le code de Chevaliers Impériaux :

- La sérénité n'est qu'illusion, seules existent les émotions.
- Les émotions confèrent la puissance.
- La puissance donne confiance.
- La confiance libère de la peur.
- Du courage naît la victoire.
- Entre ombres et lumière, on apprivoise la mort.
- Pas de mort, seulement la Force.

     

***
     

Les Gardiens du Souffle (existe surement à l'époque SWTOR)

Originaires de la planète Kashilian, cette faction d'adeptes de la Force étaient des mystiques contemplatifs maîtrisant un art particulier : l'utilisation du « souffle » nom qu'ils donnaient à la Force qui lorsqu'ils l'invoquaient les nimbait d'une fumée lumineuse bleutée parcourant leur corps. Ils ne se transmettaient leurs connaissances que par voie orale depuis des millénaires, l'écrit étaient pour eux une sorte de blasphème. Ils ont quasiment tous disparus lors du cataclysme stellaire qui détruisit leur monde, en 15 000 BBY.

Pelerins intinérants depuis lors, ils sont capables d'influer sur la croissance des plantes et des végétaux, de ralentir les effets du vieilissement cellulaire. Grâce au Souffle, ils sont capables de prouesses athlétiques hors du commun qu'il s'agisse de vitesse de déplacement, de sauts ou de force musculaire.

***
     

Le culte du Grand Cercle Sacré (existe surement à l'époque SWTOR)

Foi contemplative utilisant la méditation et la recherche de l'harmonie universelle. Ils sont basés sur la planète Monastère. Ils veillent à rester à l'écart de la politique galactique, depuis des millénaires.
Souvent les puissants les consultent pour profiter de leurs sages conseils. Leur neutralité est reconnue par tous. Cette planète est totalement à l'écart des routes hyperspatiales connues. Ils pensent que si tous les êtres intelligents de la galaxie parvenaient à l'harmonie intérieure, le grand cercle de vie qui embrasse toute la galaxie se fermera et une évolution vers un stade d'existence supérieure pour tous dans un monde pacifié. Ils recherchent la communion des âmes à l'échelle de la galaxie, ce sont donc des pacifistes convaincus plus radicaux que les jedï car ils rejettent toute forme de violence, même la notion de légitime défense qui pour eux n'est qu'un acte malveillant habillé de bonne conscience hypocrite.

***
     

Les cas particuliers :

Les gardiens de Kiffu (existe à l'époque SWTOR)

Originaires du monde de Kiffu, les Kiffars sont des presque-humains ressemblant trait pour trait à de véritables Humains, si l'on excepte les nombreux tatouages faciaux qu'ils utilisent pour déterminer l'appartenance aux différents clans. Généralement de forte constitution, les Kiffars sont aussi connus des Jedi pour leur don naturel de psychométrie. Les Gardiens sont dirigés par un leader désigné sous le titre de Sheyf. Un titre qui fut entre les mains de la famille Vos.

***
     

Les Dervish Seyugi (existe surement à l'époque SWTOR)

Six cent ans avant la fin de l'Ancienne République, plusieurs mondes du Noyau furent terrorisés par les mystérieux assassins aux manteaux pourpres qui se faisaient appeler les Derviches Seyugi. Les cultes, guildes et sectes d'assassins avaient toujours fleuri parmi les anciennes et souvent décadentes civilisations du Noyau mais les Seyugi faisaient partie de cette minorité de groupes dotés de pouvoirs occultes. Les Derviches possédaient une aptitude limitée envers la Force qu'ils avaient entièrement focalisée sur le mouvement et le corps à corps. Les Seyugi étaient de véritables machines à tuer dont les redoutables aptitudes aux arts martiaux étaient démultipliées par leur science des points vitaux dont la pression suffisait à tuer, talents renforcés par l'usage spécifique qu'ils faisaient de la Force.

Un Derviche au sommet de son art et armé d'une simple vibro-lame voire de ses seules mains pouvait aisément anéantir une escouade de soldats surentraînés armés de blasters s'il parvenait à arriver au contact et même les meilleurs expert de l'art echani ou spécialistes du teras kasi ne pouvaient espérer vaincre un Seyugi combattant à mains nues à l'aide de la Force. N'éprouvant aucun intérêt pour les considérations mystiques et fondamentalement désireux d'amasser des crédits, les Seyugi se firent rapidement connaître comme des tueurs à gages particulièrement chers mais aussi particulièrement efficaces. On ne sut jamais qui avait fondé cette secte ni d'où elle était originaire mais elle suscita beaucoup de peur et d'animosité. Comme il en va souvent avec les groupes dotés d'aptitudes à la Force, les Seyugi finirent par poser suffisamment de problèmes pour qu'à l'issue de quelques incidents isolés, l'Ordre Jedi finisse par agir.

Ils furent alors impitoyablement traqués et capturés ou éliminés. Un chapitre des Seyugi basé sur la planète Recopia dans le Noyau comprit que les Jedi utilisaient la Force pour les repérer lorsqu'ils se servaient de leurs pouvoirs. Désespérés, les chefs de ce groupe qui comptait encore un bon millier d'adeptes dissimulèrent leur petite forteresse en se faisant passer pour de simples moines d'un ordre contemplatif. Quelques dizaines de Seyugi parmi les novices furent chargés de veiller à maintenir cette mascarade pendant qu'une centaine d'autres étaient placés en congélation carbonique et dissimulés dans un caveau secret.

***
     

Les Jedi Noirs (existe à l'époque SWTOR)

Les êtres connus sous l'appellation de Jedi Noirs, Jedi Sombres ou encore Jedi déchus sont des personnes montrant une réceptivité à la Force, ayant suivi dans la majorité des cas une formation de Jedi, mais ayant renié les enseignements de l'Ordre Jedi et le Côté Lumineux pour suivre le chemin du Côté Obscur. Dans certains cas, il arrive qu'une personne devienne un Jedi Noir en suivant directement l'enseignement d'un autre Jedi Noir, sans forcément passer par un entraînement Jedi. Le plus ancien Jedi Noir connu à ce jour reste Xendor qui, a fortiori, est également perçu comme l'initiateur de l'Ordre Sith. Les Jedi Noirs sont assez souvent des individus isolés, qui ne suivent presque pas de ligne directrice entre eux, ce qui fait que les Jedi Noirs ne constituent pas une lignée et encore moins un ordre plurimillénaire. Sauf peut-être dans le cas des Jedi Noirs des Grands Schismes et des Jedi Noirs Bpfasshi qui lorsqu'ils se sont soulevés ont formé un collectif organisé qui nécessita l'intervention de forces armées Jedi pour les neutraliser. Cependant, l'histoire de cette branche particulière d'adeptes du Côté Obscur est presque aussi ancienne que l'Ordre Jedi. Dans la majeure partie des cas, les Jedi Noirs ont des comportements de solitaires, n'agissant que ponctuellement de concert avec d'autres personnes.

Cependant, en de rares occasions de l'histoire galactique, il est arrivé que des groupes de Jedi Noirs se forment pour augmenter leurs rangs et leur puissance, ce qui fut le cas quand des Seigneurs Sith comme Exar Kun ou Revan utilisèrent des Jedi Noirs pour former l'épine dorsale de leurs armées, ou quand Jerec et ses suivants se réunirent pour former une élite du Côté Obscur. Quoiqu'il en soit, les Sith séduisent souvent des Jedi pour qu'ils deviennent des Jedi Noirs, sans pour autant leur garantir d'apprendre des techniques Sith et devenir ainsi des Seigneurs Sith à part entière. Ainsi, les Jedi Noirs, se révélant être des pions parfaits entre les mains des Sith, servent ces derniers, sans aucune garantie ou presque, en espérant affiner leurs connaissances de la Force. Bien que des Jedi soient susceptibles de basculer vers le Côté Obscur, des Jedi Noirs peuvent se repentir. Parmi ces Jedi Noirs ayant réussi à revenir vers le Côté Lumineux de la Force, on peut compter Quinlan Vos, Bastila Shan ou encore Kam Solusar et Kyp Durron.

***
     

Les Jedï Corelliens (existe à l'époque SWTOR)

Les Chevaliers jedi du Système corellien se distinguaient des autres Jedi par une certaine indépendance vis-à-vis du temple Jedi tout comme le Système Corellien était un cas particulier dans la galaxie. La tradition Jedi corellienne était très forte, et sous l'ancienne République, de nombreux Jedi Corelliens se distinguèrent par leur sens du devoir. Leur sagesse et leur courage avaient également un grand impact sur la population. Une autre de leur particularité était qu'ils quittaient rarement leur système stellaire : en effet, il y avait suffisamment de quoi les occuper. Une légende voulait d'ailleurs que les Jedi Corelliens qui se risquaient à quitter leur système étaient destinés à trouver la mort à l'autre bout de la galaxie.

Lorsque le Conseil Jedi déclara à une époque indéterminée que le mariage était interdit, ou du moins fortement déconseillé au sein des Jedi, les Jedi Corelliens marquèrent leur indépendance et leur particularisme en refusant de se soumettre à cette règle. En effet, il existait sur Corellia de véritables clans Jedi s'étendant sur plusieurs générations, et les Jedi Corelliens étaient très attachés à leurs lignées. Parmi ces familles, on trouvait alors celle des Halcyon. Cette famille était très connue et respectée parmi les Chevaliers Jedi Corelliens de l'Ancienne République et c'est la seule dont le nom a traversé l'histoire.

***
     

Les chevaliers d'acier (existe surement à l'époque SWTOR)

Ces êtres, les Shards, sont les plus surprenants qui soient : formes de vie minérales de type cristalline douées de conscience et d'intelligence et dotées d'une âme naturellement sensibles à la Force qui au cours de leur histoire et de leur développement sont parvenues à se créer des corps robotiques qui leur servent d'hôtes. Cette particularité fait d'eux des droïdes pouvant maîtriser la Force aussi bien qu'un Jedi organique à l'aide de l'entraînement adéquat.

Ces êtres sont basés sur le silicone, la silice et le carbone. Ils sont originaires de la planète Orax. Découverts environ 100 ans avant l'avenement de l'Empire galactique, seuls quelques uns purent quitter leur planète natale. Certains membres de ce groupe parvinrent à se faire acceptés en tant que membre à part de l'Ordre jedi entière lorsque Luke Skywalker fonda le praxeum de Yavin IV. Ce dernier les accepta sans réserve. Ainsi les chevaliers d'acier comme ils se nommaient purent enfin librement évoluer et exploiter tout leur potentiel.

***
     

( Le passage qui suit reprend surtout des élements et du matériels utilisés vers la fin de l'Ordre jedi. Vu que la technologie n'évolue pas énormement dans l'UE, vous pouvez vous ne inspirer facilement en imaginant des modèles plus anciens.)


CHAP 3 : Fluff Jedi

L'équipement de mission des Jedi :

Lorsqu'un jedi partait en mission, il portait généralement les habits traditionnels de l'Ordre Jedi, c'est à dire une tunique et une bure ample, qui ne lui permettaient pas de transporter de l'équipement. C'est pourquoi chaque Jedi était également équipé d'une ceinture utilitaire, le plus souvent portée à la taille, qui contenant de nombreux éléments qui pouvaient se révéler utiles. La ceinture et l'équipement qui y était intégré étaient conçus pour être légers et portatifs. Ainsi, une ceinture complètement chargée ne dépassait pas les 4 kilos et revenait à un coût d'environ 600 crédits. Du temps de l'ancienne République, les Jedi étaient chargés de composer eux même leur propre ceinture, tandis que dans les dernières années de la République, l'Ordre Jedi fournissait la ceinture complète avec l'ensemble de son équipement, ou des recharges le cas échéant, aux Jedi partant en mission. Bien que chaque Jedi pouvait modifier le contenu de sa ceinture, la plupart contenaient les éléments suivants :

- Balise de repérage :

A garder sur soi en toute circonstances. Ce dispositif à hyperondes est relié au temple le plus proche par une fréquence sécurisée. Cela veut dire que vous pouvez communiquer instantanément avec le temple en question dans un rayon de 40 000 années-lumière. Ainsi en cas d'urgence cela permet de correspondre avec l'Ordre.

Lance-grappin à air comprimé :

Lorsque le crochet est projeté, le liquide durcit et se transforme en un câble haute résistance d'une longueur maximale de 20 m et d'un point de rupture de 550 kg.
- 3 jours de rations alimentaires sous forme de capsules.
- 1 pack médical 8-2A :

Quels que soient leur mission et l'endroit où ils se trouvaient, les jedi pouvaient rapidement se retrouver dans des situations dangereuses où la Force ne suffisait pas à les protéger. Bien que les Jedi disposaient d'un excellent instinct de survie, leur offrant plus de chance que les autres de s'échapper vivant de ces situations explosives, ils n'étaient pas immunisés contre les maladies et les empoisonnements qu'ils pouvaient contracter de diverses manières sur le terrain. C'est pourquoi chaque Jedi portait à sa ceinture un léger nécessaire médical 8-2A. Étrangement, ces packs ne contenaient pas ce qu'on s'attendait à trouver en premier dans un kit de soin, c'est à dire des compresses de Bacta ou des produits désinfectants. Les Jedi pouvaient en effet compter sur la Force pour contrôler et accélérer la guérison de leurs blessures les plus communes et l'absence de ces produits donnait plus de place pour transporter divers produits plus élaborés. Ces derniers étaient souvent utilisés pour traiter ou retarder les effets de nombreuses maladies que le Jedi était susceptible de contracter en mission. Le kit complet était léger et peu encombrant, ce qui permettait au Jedi de l'emmener partout avec lui en l'accrochant à sa ceinture utilitaire jedi, aux côtés de son sabre laser et de ses autres équipements.

– 1 pack de cellules énergétiques de rechange,
- 1 pack énergétique de rechange,
- 1 respirateur Aquata A 99,


Le Respirateur Aquata A99 était un petit dispositif utilisé par les jedi pour pouvoir respirer dans un environnement hostile ou dépourvu d'oxygène sous sa forme gazeuse. L'utilisateur plaçait le respirateur dans sa bouche et pouvait dès lors respirer en toute tranquillité dans n'importe quel type d'environnement qu'il soit aquatique, toxique ou même dépourvu de tout gaz comme le vide. Le dispositif était équipé d'un filtre qui stoppait tous les composés dangereux détectés dans l'air inspiré ainsi que de deux petits réservoirs d'oxygène compressés qui fournissaient à l'utilisateur le gaz vital dont il avait besoin. Il pouvait être facilement modifié pour correspondre aux exigences gazeuses des espèces qui ne supportaient pas l'oxygène. Le modèle A99 était également très compact.

- 1 comlink
– 1 Torche
– 1 attache pour le sabre laser.
- 1 projecteur holographique portatif :


Projette de petits hologrammes documentaires monochromes de tous types suivant les besoins. Peut être relié à la balise de repérage pour recevoir des informations. Il peut fonctionner en autonomie si l'on télécharge au préalable les données.

L'armement Jedi :

Le Sabre Laser :

A double ou simple lame ou bien à manche incurvé, le sabre est l'arme caractéristique qui identifie un adepte de la Force sans aucun doute possible. Il en existe des versions étourdissantes dévolues à l'entraînement des jeunes initiés. Quand il est à double phase, il est possible de faire varier la longueur de sa lame, grâce à l'utilisation de deux cristaux.

« L’arme noble, d’une époque civilisée », c’est avec cette formule qu’Obi-Wan Kenobi présente le sabre laser à Luke Skywalker. Au-delà d’une arme, le sabre laser est un symbole. Celui de l’Ordre Jedi et de ses membres à travers toute l’Histoire de la Galaxie, mais aussi celui de leurs terribles ennemis, les Sith.
D’allure simple et s’inspirant des épées ancestrales, il est en réalité un condensé exceptionnel de technologie et de savoir-faire Jedi. Du plus profond des mémoires et Les Guerres de la Force, près de vingt-cinq mille ans avant la Bataille de Yavin, l’Ordre Jedi fut toujours lié à des armes de cérémonies.

Les premiers Chevaliers maniaient alors des épées faites d'acier dans lesquelles ils incorporaient des éléments grâce à l'alchimie Jedi en suivant un rituel dit de Forge Je'daii. Plus tard, en combinant ce rituel et des technologies diverses, les Jedi parvinrent à « bloquer » un faisceau laser, préfigurant les futurs sabres laser en s'inspirant du sabre de force des Rakatas. Quinze mille cinq cents ans avant la Bataille de Yavin, alors que la Querelle Duinogwuin menace Coruscant, les Jedi parviennent à développer une méthode afin de boucler l’arc énergétique et ainsi créer la première lame à alimentation portable. Instables et pourvus de batteries limitées, ces premiers sabres ne pouvaient pas être utilisés sur une période prolongée en raison des risques de chauffe de générateur d’énergie. Sept mille ans avant la Bataille de Yavin, durant le Siècle de l’Obscurité, les sabres laser connaissent une nouvelle évolution qui leur garantit alors une stabilité affirmée. Cependant, le besoin énergétique est toujours assuré par un générateur externe, porté à la ceinture mais sa taille s'est fortement réduite. Le câble reliant le bloc batterie au sabre en lui-même reste néanmoins une contrainte quant aux mouvements de l’utilisateur, interdisant par exemple le lancer de l’arme. Toutefois, avec cette stabilité acquise, le sabre laser devint un avantage indéniable lors des affrontements en face à face, y compris contre des adversaires en armures lourdes. Il faudra attendre la fin de la Grande Guerre de l’Hyperespace, et plus précisément la période des Massacres Gank, quatre mille huit cents ans avant la Bataille de Yavin, pour que les sabres laser prennent l’aspect que nous leurs connaissons aujourd’hui.

Le générateur portatif et le câble d’alimentation disparaissent en effet au bénéfice d’un dispositif énergétique interne au manche de l’arme. Grâce à un mécanisme supraconducteur interne permettant de réutiliser la puissance libérée pour recharger la cellule d’énergie, la question de l’alimentation ne se pose plus et c’est tout le maniement de l’arme qui s’en retrouve libéré.

Conception :

Le rituel de construction d’un sabre laser fait partie intégrante de la formation d’un Jedi. Cela met en pratique, non seulement l’habileté technologique du Padawan, mais également son lien avec la Force.
Durant l’Ancienne République, les cavernes d’Ilum ou de Dantooine servaient à la fois de lieux de cérémonie et de gisements de cristaux, que les Jedi choisissaient après une longue méditation à travers la Force. Traditionnellement, la construction d’un sabre laser se déroule sur un mois mais il est dit qu’au plus fort de la Guerre des Clones, ce délai fut ramené, parfois, à deux jours seulement. IL faut d'abord rassembler avec le plus grand soin les composants qui feront de l'arme une oeuvre unique : manche, activateur, lentille(s), cellule d'alimentation et le cristal. Le processus est assimilé à une conquête de soi-même résumée par ce mantra :

Le cristal est le coeur de la lame.
le coeur est le cristal du Jedi.
Le Jedi est le cristal de la Force.
La Force est la lame du coeur.
Tous sont entremêlés : le cristal, la lame et le Jedi.
Ils sont un dans la force, rendus brillants dans sa lumière.

     

La fabrication proprement dite est l'étape finale et nécessite la plus grande communion avec la Force grâce à laquelle tous les composants seront assemblés à l'échelle moléculaire.

Fonctionnement :

Dès lors que le sabre est activé, la cellule d’alimentation libère de l’énergie qui se diffuse dans la chambre des cristaux (cristal principal et cristaux de mise au point). Ce flux est ensuite successivement chargé positivement et négativement afin de palier à toute déperdition d’énergie, ce qui entrainerait une émission de chaleur. Enfin, les supraconducteurs permettent à l’arme de se recharger d’elle-même en récupérant l’énergie émise pour la redistribuer à la cellule d’alimentation. Même s’il peut apparaître que tous les sabres laser se ressemblent, une inspection plus ou moins minutieuse permet de se rendre compte qu’ils sont tous uniques. Cela est dû à la volonté de personnalisation de leurs possesseurs mais aussi, parfois, aux nécessités physiologiques ou morphologiques de l’utilisateur.

Ces armes sont édifiées sur base d’un cristal de type adegan mephite qui est le plus largement utilisé par les Jedi. Il existe en effet nombre d’autres minéraux pouvant servir d’usage à leur fabrication mais qui ne donnent aucun pouvoir à la lame ou à son utilisateur. Ils peuvent toutefois être employés si un joueur privilégie la couleur de sa lame par rapport à une couleur imposée par un pouvoir particulier.

[Attention, les informations qui suivent viennent de l'UE Legends]
     

- Cristal de Bal’ta’ran : Minés par les esclaves des bitthaevrians sur le monde de guiteica, les cristaux bal’ta’ran sont peu répandus dans la galaxie.

- Cristal Damind : Lorsqu’il est utilisé pour fabriquer un sabre laser, un cristal damind issu de Daminia produit une lame plus longue que la normale ce qui facilite l’interception et le renvoi de décharges de blaster. Son usage est plus répandu chez les Sith que chez les Jedi.

- Cristal Empeth : Ces cristaux n'apparaissent que tous les dix ans et une seule paire à la fois. Ils semblent contenir naturellement de la lumière alors qu'ils croissent et une fois récoltés, ils sont quasiment indestructibles. Ils continuent de briller jusque 5 ans après leur récolte sur Lazerian IV après quoi ils deviennent ternes. La vallée de cristal où ils apparaissent est sous la protection du roi de Devit et farouchement gardée par ses 12 gardes royaux.

- Cristal Eralam : Les bombardements orbitaux de la troisième lune d’Erai par les forces Sith l’ont rendu très rare. Les cristaux d’Eralam utilisés dans un sabre laser produisent une lame blanche et pure.

- Cristal d'Eternité : cristal très rare, étant le pinacle de la science Jerni de la planète Jerne, le cristal d’éternité peut conférer à son porteur des visions du passé.

- Cristal Katak : On connaît très peu de choses sur les origines de ces cristaux qui sont presque exclusivement utilisés par les utilisateurs du Côté Obscur.

- Cristal Hiridu : Les cristaux d’Hiridu sont connus pour augmenter sensiblement l’efficacité des moyens de communication et la puissance des signaux. Ils proviennent de Generis dans le secteur d’Atrivis.

- Cristal de lavee : Les cristaux de lave sont assez répandus sur les planètes volcaniques, comme Mustafar. Les sabres lasers construits avec ce type de crystal produisent une lame dont l’aspect est proche de la lave. Ces crystaux sont moins concentrés et moins stables que des cristaux normaux mais sont tout de même très puissants.

- Cristal Lorrdian : Ces cristaux sont nés pendant les Désordres Kanz, quand les Lorrdians asservis ont développé une forme de communication cinétique pour mieux communiquer entre eux. Cela conféra aux lorrdian la capacité de prédire certaines choses de par l’observation subtile et prudente notamment du langage du corps. Certains lorrdians sensibles à la Force reproduisirent ces capacités en les incluant dans un cristal.

- Cristal Luxum : Ces cristaux sont originaires d’Ambria, une planète formée par des énergies sombres où on les trouve près du Lac Natth grâce à une longue et profonde méditation. Ils sont très efficaces contre les droïdes et confèrent à la lame qui les utilise des effets ioniques. Ils ont notamment été utilisés par le Jedi fugitif Jax Pavan après qu’il ait perdu son sabre laser dans un combat contre Dark Vador.

- Cristal Nak'Tra : Minés sur Kashyyyk dans les cavernes de Myyydril par la tribu du même nom, les cristaux nak’tra sont la base de fabrication de biens des armes wookies. Le terme Nak’Tra traduit du shiriwook signifie "mortel".

- Cristal Nova : Très répandus dans toute la galaxie, les stocks les plus importants de Nova se trouvent sur la planète Myggeto. Ils servent parfois de monnaie d’échange dans les régions les plus reculées de la galaxie. Très instables et explosifs à l’état naturel, ils doivent être raffinés et assemblés avec des éléments inertes pour être utilisables.

- Cristal Permafrost : Les cristaux de permafrost sont d’un glacial bleu profond, comme la seule planète où ils sont recensés : Hoth. Leur formation reste une énigme mais leur coloration caractéristique est transmise à la lame de n'importe quel sabre laser dans lequel ils sont incorporés. Quand ces cristaux ont étés imprégnés par la Force de leur utilisateur, seul celui-ci devient capable d’utiliser le sabre laser avec lequel il est accordé.

- Cristal Qixoni : Ces cristaux très rares et puissants se formaient sur une planète disparue il y a de cela des millénaires alors que son soleil est devenu une supernova. Ils sont d'usage exclusif aux utilisateurs du côté obscur de la Force.

- Cristal Ruusan : Issus de la planète du même nom, ils n’affectent pas directement la qualité d’une lame de sabre laser mais aident le jedi à mieux canaliser et ressentir la Force.

- Cristal Seoularian : Ces cristaux peuvent servir de source d’énergie s’ils sont traités correctement comme sur leur planète d’origine, Seoul 5. Ils possèdent la propriété unique de répondre aux ondes mentales et peuvent créer de puissantes ondes de choc pouvant étourdir un individu qui tente une agression télépathique envers le porteur du sabre équipé d'une telle pierre.

- Cristal Stygium : Les cristaux de Stygium sont extrêmement rares et n'ont longtemps eu pour seule provenance que la planète Aeten II. La lame produite par un cristal de Stygium est étrangement silencieuse comparée aux autres.

- Cristal de Soleil : Très prisés des ewoks de la lune d’Endor, ces cristaux ont la propriété singulière de refléter, amplifier et de concentrer la lumière avec une grande efficacité. Sans protection oculaire adéquate, ils peuvent totalement aveugler une personne. On en trouve aussi sur Jazbina. Ce type de cristal était fort prisé par les jedi Miraluka, car cela pouvait incapaciter leurs adversaires, eux étant immunisés.

***
     

Contre-mesures aux sabres lasers :

Reconnus pour trancher toute matière à l’exception d’une autre lame de sabre laser, il existe toutefois certains matériaux capables de résister à une lame d'énergie étincellante.

- Le cortose : Métal rare et extrêmement coûteux extrait sur des mondes entre Duro et Apatros, ce minerai une foi raffiné et travaillé est la contre-mesure la plus répandue. Celle-ci a la faveur des guerriers Morgukaï. Il peut être travaillé de deux façons : de manière classique, permettant de fabriquer des armes résistantes aux sabres et de manière raffinée, coupant l’allumage de la lame. Cette dernière méthode est le plus souvent utilisée pour concevoir des armures car au contact d'une surface de ce type, il se crée une boucle de rétroaction qui désactive la lame. Le Cortose étant friable, la puissance d'un coup bien ajusté peut, dans de rares cas, briser une armure ou un bouclier forgé dans ce métal.

- Le phrik : Métal rare, contrairement à la cortose, il ne possède pas la faculté de couper le signal de la lame. Néanmoins, il constitue un choix intéressant dans la conception d’armes et d’armures. Un des exemples les plus célèbres est la combinaison de l’armure de Dark Vador.

- L’Alchimie Sith : Pratique datant du premier Empire Sith, elle permettait de renforcer des éléments pour les rendre résistants aux sabres lasers.

- L'acier mandalorien (ou besrkar'gam) : Utilisé par les guerriers mandaloriens de l'ancienne république, ce métal est l'un des plus résistant qui soit. Seuls les forgerons mando les plus habiles parvenaient à obtenir cet alliage qui était le composant essentiel de l'équipement d'un Mando'ad.

- L’eau : Exceptée pour les sabres adaptés aux conditions sous-marines.

- Les os : Certaines créatures ont un squelette qui est naturellement résistant à une lame de sabre laser. En particulier certaines bêtes des planètes Onderon et Felucia, tels que les Taozins ou les vers de feu.

- L'ultrachrome : ce matériau hyperconducteur est surtout utilisé pour la conception de bouclier. Si la surface d'un bouclier peut fondre au contact d'un sabre laser, celui-ci ne parviendra pas à traverser ce métal particulier.

- Neuranium : tout comme le phrik, il est capable de stopper une lame d'énergie sans toutefois la désactiver. Il est possible d'écailler le neuranium et qu'il finisse par se briser mais le temps nécessaire à l'opération pourrait fort avoir raison du jedi.


***
     

Les armes exotiques :

- La dague-laser :

C'est une version plus courte du sabre laser. La poignée mesure 15 cm et plus mince. La lame a une longueur de 30 cm. Souvent utilisée dans la cadre du style de forme 2, en seconde main pour les parades et les contre-attaques.

- Griffe-laser :

Cette arme peu commune fut employée principalement par les ombres jedï. Chaque griffe émet une paire de lame d'environ 80 cm de long.

- Les Saï laser :

Arme très rare, souvent utilisée par les moines Aïki. Composée d'une poignée d'environ 15 cm de long et projette trois lames courtes.

- La Pique-laser :

Déjà visible dans la galaxie à l’époque de Zakel, la Pique reprend en quelque sorte les caractéristiques d’une arme d’hast conventionnelle, ce long bâton construit en précieux alliage
Phrik, comme l'électrostaff Magnaguards, générait à son extrémité supérieure une lame vrombissante courte et épaisse, de couleur variable. Du fait de sa taille, son utilisation demandait bien évidemment une certaine dextérité et surtout un espace dégagé pour ne pas entraver les mouvements. Par ailleurs, selon les autres informations officielles disponibles, l’activation était assez aisée puisque le commutateur se trouvait au milieu du manche.

- Le Shoto :

Aussi appelés Sabres laser à lame courte (50cm), ils étaient des variantes du sabre laser dont la particularité était la petite taille de la lame par rapport au sabre traditionnel et leur poignée plus ergonomique. La petite lame fournissait un avantage important dans certains types de combat et permettait d'exploiter plus simplement la technique du Jar'kai ou d'améliorer la stabilité de la position de combat lors de l'utilisation de deux sabre lasers. La petite taille de la lame faisait également du shoto l'arme de prédilection pour affronter un adversaire utilisant un fouet laser. Le shoto fut de tout temps utilisé par les jedi et les siths, spécialement pendant l'Ancienne République.

- Sabre-laser fourchu :

Apparu pour la première fois à l’époque de la République Galactique, il atterrissait généralement entre les mains des bretteurs qualifiés de l'Ordre Jedi. Cette arme rare possédait une poignée bien spécifique puisqu’elle était dotée, au minimum, de deux émetteurs parfois trois pour dessiner une véritable garde.
Ainsi, elle pouvait générer à la fois une lame vrombissante parfaitement standard et une seconde, nettement plus petite que celle d’un Shoto, à un angle différent. En raison des maigres informations officielles disponibles, on ignore encore à ce jour si l’utilisateur de Force pouvait choisir de ne pas les activer ensemble. La question de la disposition des composants nécessaires au bon fonctionnement, logés à l’intérieur du manche, reste aussi un mystère à éclaircir. Quoi qu’il en soit, le gardien de la paix bénéficiait au final d’une meilleure défense lors d’un combat car le blocage des attaques s’avérait plus aisé. Au cours de la sanglante Guerre des Clones, le Général Roblio Darté de la grande armée de la république se servit par exemple adroitement d'un Sabrelaser Fourchu pour affronter des vagues de droïdes.

- Le "Tonfa-Laser"

c'était une variante du sabre laser. La lame qu'il dégageait était en tout point semblable à celle d'un Sabre laser standard. En revanche, sa poignée, lorsque la lame était désactivée, n'était pas un simple cylindre de métal, mais bien plutôt un Tonfa classique. Le Tonfa-Laser restait par conséquent une arme, que sa lame énergétique fonctionne ou pas. Autre grand avantage à son actif : le Tonfa-Laser permettait à son utilisateur une meilleure maîtrise des mouvements de sa lame, tout en lui garantissant une meilleure protection contre les éventuelles blessures qu'un possesseur de Sabre laser - ou même de fouet laser- aurait pu subir avec sa propre arme, si d'aventure il s'était risqué à ces figures.

- Katana Jedi :

Arme favorite des jedi attachés aux anciennes coutumes ou ceux qui préfèrent la discrétion que n'apporte pas un sabre laser. Ce sont ces armes qui équipaient les premiers je'daii sur Tython avant l'invention des sabres laser.

- Armures des Chevaliers de l'Ancienne République

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les jedi n'avaient pas toujours porté leurs symboliques toges et robes de bure. Il fut une époque où les temps sombres forcèrent les Jedi à revêtir des protections plus adéquates telles que de véritables armures de combat. Si le port de ces armures fut extrêmement rare au cours de l'histoire de l'Ordre Jedi, leur heure de gloire a surtout sonné au cours des guerres Siths qui déchirèrent la galaxie pendant plusieurs milliers d'années. Ces ensembles d'armures uniques, véritables oeuvres d'art et fruit du travail des meilleurs armuriers que l'Ordre Jedi pouvait compter, étaient toutes des pièces uniques. L'armure était composée d'un assortiment de plusieurs pièces. Chacune des armures était conçue aux mesures exactes de son utilisateur pour que l'ensemble s'adapte parfaitement à sa morphologie. Il s'agissait en effet de réduire au maximum l'impact de l'armure sur les mouvements du Jedi.
Cependant, malgré le grand savoir-faire des armuriers, les armures en situation de combat ne donnaient jamais autant d'aisance à un Jedi que s'il n'était vêtu que d'une simple toge. Cependant, ces armures offraient à leurs porteurs une meilleure résistance aux blasters et aux sabres lasers ennemis.

***
     

Chapitre 4 : Les Sith

L'armement Sith :

- Fouet-Laser

Il était un redoutable adversaire du sabre laser utilisé traditionnellement. Le rayon d'énergie produit par le cristal du Fouet-Laser n'est pas comparable à la lame produite par un Sabre laser standard. L'introduction de particules solides permet au rayon lumineux du fouet une flexibilité et un allongement sans commune mesure avec une autre arme. Cette particularité unique du Fouet-Laser lui confère un certain pouvoir envoûtant sur l'ennemi contre lequel elle est utilisée au cours d'un combat - En outre, elle permet également à son dépositaire de bénéficier d'un avantage certain face au possesseur d'un Sabre laser classique dont la lame rigide est incapable de parer le fantastique pouvoir mouvant du Fouet.

Créé très probablement par un Sith, le Fouet-Laser etait rare et peu apprécié, il fut rarement utilisé. On peut donc retenir du Fouet-Laser qu'il est une arme quasiment imparable, conçu pour causer beaucoup de souffrance à celui contre qui on l'utilise avant de le tuer. A noter que le Fouet-Laser peut ne pas trancher son adversaire mais seulement s'enrouler autour du solide et le bruler. Tout comme un sabre standard, son rayon d'énergie change de couleur selon le cristal utilisé. Le Fouet-Laser est capable de dévier les tirs de blaster et de projectiles.

- Le Lanvarok :

Le Lanvarok était une arme de poignet de courte portée destinée à projeter une nuée de minidisques en duracier. Les projectiles partaient dans des directions aussi diverses qu'imprévisibles, ce qui en faisaient des armes vicieuses appréciées. Même si cette arme prenait un temps considérable pour être rechargée, l'effet de surprise d'une salve de projectiles tournoyants et virevoltants laissait souvent un opposant complètement incapable de se défendre face à une attaque lancée dans la foulée. Selon une ancienne légende Sith, le Lanvarok avait été conçu par le peuple Sith comme arme de chasse. On pouvait trouver les détails de construction de base de cette arme dans d'anciens Holocrons Sith, certains montés sur lance, certains directement fixés au poignet (les modèles à lance furent très vite abandonnés car moins pratiques). Par ailleurs, on raconte que les premiers Sith avaient une tendance à être gaucher, comme en témoignent les premiers Lanvarok. Les premiers minidisques furent fabriqués en os et souvent recouverts de poison. En effet, les premiers Guerriers Sith étaient des experts en maniement du Lanvarok, souvent capables de tuer avec un seul disque. Avec le temps, l'arme se perfectionna (surtout quand la métallurgie permit de fabriquer des Lanvarok de métal et non de bois ou d'os) afin de devenir plus compacte et plus mortelle encore. Les modèles les plus modernes pouvaient être recouverts de Cortosis. Le Lanvarok Sith pouvait contenir cinq disques.
Après le règne de Dark Bane, le Lanvarok tomba en désuétude et ne devint plus qu'une pièce de musée.

- Epée Sith :

Mises au point par les Siths, grâce à leur science alchimique, elle sont capables de résister au contact d'un sabre laser. L'épee Sith par ailleurs sert aussi de focus stockant de l'énergie spritiuelle négative.

- Double sabre laser Sith :

Le premier d'entre eux est issus de l'épee de guerre Sith dotées d'un long manche terminé à chacune de ses extrêmités par une lame de naginata. Il fût réalisé par Exar Kun. Il existe une variante, celle qui se compose de deux poignées de sabre laser que l'on peut réunir afin de former un manche plus long doté à ses deux gardes d'un projecteur de lame. Les dispositifs d'accroche peuvent être des électro-aimants, des griffes mécaniques, une baïonette, etc.

- Dague Sith :

Elle constitue souvent une main gauche ou une arme pour le combat rapproché.

- Le Shikkar :


Il s'agit d'un poignard. Instrument des assassins car facilement dissimulable sous un vêtement à manches amples ou dans la doublure d'un manteau ou d'une veste. D'un mouvement du manche, on peut briser celui-ci de façon à ce que la lame reste dans le corps de la victime.

- Le Parang :

Après avoir été lancée comme un boomerang, cette lame incurvée revient dans la main de son utilisateur grâce à la télékinésie.

- Le sabre laser Sith :

Par rapport à son homologue Jedï les Siths ont développé une variante de la fameuse arme des Jedi. La principale différence immédiatement perceptible est la couleur de la lame. Celle-ci est de couleur rouge sang ou rubis. Cette aspect est lié à la nature artificielle du cristal. Ce dernier est en effet forgé par l'apprenti Sith qui doit ensuite fabriquer son sabre. La forge du cristal est déjà en soi une épreuve liée à la formation du prétendant, ce rubis est porteur de l'essence de la volonté du forgeron et sa corruption. Les sabres laser des Sith disposent également d'options très peu usités par les Jedi, il s'agit de :

-- Verrous de lame : l'ajout de ce petit cran à côté du bouton d'activation permet à la lame de s'allonger et de la bloquer en position déployée. Très pratique pour le lancer.

-- Activation par la Force : Seuls les plus talentueux dans le maniement de la Force peuvent envisager un tel dispositif. Ce système est hérité de la technologie Rakata qui avait donné naissance aux Sabres de Force dont sont issus les sabres laser. Le circuit qui relie la cellule d'énergie au cristal ne peut être parachevé qu'avec votre propre concentration. Vous serez alors le seul à pouvoir manier une telle arme mais si votre attention se relâche, la lame clignotera puis s'éteindra.

-- Le manche en Beskar'gam : forgé en acier mandalorien, votre poignée de sabre ne pourra pas être détruite par un autre sabre laser.


***
     

Les chimères Siths (créatures alchimiques maitrisés par les Anciens Sith, la plupart des connaissances pour les créer sont perdus à l'époque de SWTOR) :


- Hssiss :

Ce sont de gros reptiles liés au côté obscur qui se nourrissent de haine et sont porteurs d'un toxine qui en une seule morsure infecte leur victime d'une frénésie sanglante.

- Les Tuk'atas :

Les Tuk'atas veillent sur les tombeaux et les protègent des profanations, ces bêtes ont longtemps été les fidèles compagnons des hauts seigneurs et des rois Sith. Ils sont dotés d'une vive intelligence tactique et peuvent vivre des siècles sans avoir besoin de se nourrir.

- Béhémoth de combat :


Ces bêtes perverties par l'alchimie ont été conçues pour en faire des bêtes de charge et de transport pour les troupes ou encore de plateforme mobile pour les armes.

- Wyrm de guerre :

Leur énorme taille est équivalente à une limace spatiale, ces créatures sont dressées pour anéantir les forteresses ennemies.

- L'hydre de Bataille :

Armé d'une queue pointue et empoisonnée, il est redoutable, sans compter ses morsures dévastatrices. Cet animal a des mensurations correspondant à la moitié d'un TBTT.

- Les oiseaux de combat :

Ils étaient le pivot de l'infanterie Massassi, ils éventrent les soldats ennemis de leur bec pendant bataille et sont montés par des soldats Sith.

- Chrysalides veergundark :

Ces animaux ne supportent pasdes températures dépassant 10°c. Ils sont très agressifs et dotés d'armes naturelles impressionnantes et redoutables.

- Les Silooth :

Ce sont des coléoptères mutants crées grâce à l'alchimie Sith.Le bruit sec émis par leur mâchoire inférieure devint un sinistre battement de tambour. Ce sont des charognards qui ont la taille d'un char d'assaut.

- Terentatek :

Ces créatures sont parmis les plus redoutables créées par les Kissaï. Ces prédateurs se nourrissent du sang de toute créature sensible à la Force, de préférence du côté clair. Ce sont des chasseurs de Jedï redoutables.

Les armures Siths :

Ces protections ne sont pas seulement des produits manufacturés comme les autres contrairement aux armures utilisées par les jedï, mais bel et bien des ouvrages d'artisanat créés à l'aide de l'énergie du côté obscur de la Force, d'où leur présence dans ce paragraphe. Il en existe plusieurs types :

- L'armure tissée : métallique, légère, elle conserve une certaine souplesse, elle protège des acides et des flammes. Elle diffuse l'énergie des blasters réduisant leurs dégâts.

- Beskar'Kandar : armure de plaques en acier mandalorien. Elle est très lourde et exige une excellente condition physique et un style de combat puissant.

- L'armure noire de plates : Propre aux Sith grâce à l'alchimie, il lui a été insufflé l'essence du côté obscur. On la voit rarement à cause de sa grande compléxité de fabrication et d'entretien. Elle est beaucoup plus légère que celle en beskar pour une protection équivalente.

- La cuirasse d'orbalisks : pratiquement impossible à entamer avec un sabre laser. Elle est conçue à partir des parasites qui se reproduisent dans les tombeaux de la lune de Dxun. Ils s'accrochent à la peau, absorbent l'énergie de la Force et libèrent de l'adrénaline, augmentant ainsi les aptitudes au combat de son porteur. Une foi en place, il est très dangereux de vouloir les déloger.


Les incantations Siths (liste non exhaustive, ces quatres la sont les plus connus) :

- Le verrou de la haine : en se concentrant sur la fureur qu'il ressent à l'encontre de celui qui s'oppose à lui, un Sith peut alors matérialiser une lance d'énergie sombre afin de le transpercer.

- La toile du côté obscur : avec vos doigts vous faites tournoyer des vrilles de Force afin de ligoter un adversaire ou de bloquer une arme.

- La pensée dominée : en troublant l'esprit de votre victime, puis en évinçant ses pensées sereines par le son de votre voix, vous pouvez maîtriser la volonté d'une personne.

- Le démon unificateur : en se concentrant sur l'air et l'énergie qui l'entoure, un Sith peut provoquer une manifestation de l'obscurité, en l'occurrence, une bête-démon qui prend l'apparence du pire cauchemar de la cible de jeteur de sort. Son état gazeux lui permet de se jouer des contraintes matérielles.


***
     

Organisation affiliées

- L'ordre de Mecrosa (existe à l'époque de SWTOR )

Six mille ans avant l'avènement de l'Empire Galactique , les seigneurs de la Maison Mecetti fondèrent un ordre de chevaliers voué à la protection de leurs intérêts et de leurs systèmes stellaires. L'Ordre de Mecrosa était l'équivalent d'une agence de renseignements possédant ses propres ressources paramilitaires et indépendante des autres services civils ou militaires chargés de défendre les Mecetti. En quelques générations, l'Ordre établit plusieurs chapitres sur l'ensemble des systèmes contrôlés par les Mecetti et devint une véritable armée parallèle. Lorsque les dirigeants de la Maison Mecetti s'inquiétèrent de l'évolution de l'Ordre, celui-ci accepta progressivement de restreindre puis d'abandonner ses activités paramilitaires, fermant la plupart de ses chapitres officiels.
Dans le même temps, les leaders de l'Ordre focalisèrent leurs activités sur selon axes moins visibles : espionnage, sabotages, assassinats. Moins de trois cents ans après sa naissance, l'Ordre de Mecrosa n'avait plus aucune existence officielle alors que dans le même temps ses agents étaient redoutés dans tout le secteur tapani et ses assassins réputés pour leur compétence jusque dans les secteurs voisins. Bien que personne ne parle d'eux ouvertement, tout le monde connaissait l'existence de l'organisation et savait que les maîtres de l'Ordre veillaient aux intérêts des Mecetti depuis leur forteresse secrète.

Finalement, la Maison de Pelagia, rivale des Mecetti, s'allia avec l'ordre Jedi pour monter une série d'opérations qui aboutirent à l'éradication de l'Ordre de Mecrosa et à la destruction de sa forteresse secrète. Certaines légendes prétendent que les Jedi intervinrent parce que l'Ordre était tombé sous la domination des Sith mais rien ne permet de l'affirmer. Comme on s'en doute, l'Ordre de Mecrosa survécut à cette purge mais il préféra demeurer dans l'ombre. Durant les quarante siècles qui suivirent, les survivants de l'Ordre de Mecrosa continuèrent tranquillement à étendre à nouveau leur influence mais contrairement à ce qu'ils avaient fait par le passé, ils prirent bien garde à ce que personne ne soupçonne leur existence. Leurs efforts ont si bien portés leurs fruits que même les seigneurs de la Maison Mecetti continuent à ignorer que l'Ordre de Mecrosa existe et veille sur leurs intérêts dans l'ombre.

L'Ordre possède un très performant réseau de renseignements dont la grande majorité des membres sont des indépendants qui ne savent pas pour qui ils travaillent ni même qu'ils font en fait partie d'un réseau très vaste. Dans le Secteur Tapani, rares sont les secrets que les Mecrosa ne connaissent pas. Les membres de l'Ordre lui-même sont exclusivement recrutés au sein de la Maison Mecetti. La plupart sont membres de familles qui servent l'Ordre depuis des générations à l'insu de tous y compris de certains proches parents. Les enfants et adolescents prometteurs sont soigneusement observés avant d'être approchés par l'Ordre qui ne révèle jamais dans un premier temps son existence ou ses motivations. Les sujets jugés intéressants sont soumis à divers tests pour déterminer leur loyauté potentielle avant d'être recrutés ou écartés, voire éliminés si nécessaire. Une fois recruté, l'adolescent est durant les années qui suivent parfois "escamoté" durant un séjour sur un autre monde, pendant les vacances, sous couverture d'une maladie ou tout autre prétexte afin d'être entrainé par l'Ordre. Une fois l'entraînement terminé, le nouveau membre possède un solide cursus d'agent de terrain polyvalent ainsi qu'une formation spécialisée dans un domaine en rapport avec ses activités publiques.

Il prête serment à l'Ordre durant une cérémonie secrète analogue aux cérémonies d'intronisation des chevaliers de la Maison Mecetti et continue sa vie publique comme si de rien n'était. Il demeure par contre prêt à agir et en mesure de contacter l'Ordre si nécessaire. On fait appel à lui lorsque le besoin s'en fait sentir et dans le pire des cas, il ne peut qu'être considéré comme un membre de la Maison Mecetti ou d'une de ses agences de renseignement. Certains membres des Mecrosa sont d'ailleurs recrutés par les services de renseignements Mecetti, parfois à l'initiative d'un autre membre déjà infiltré en leur sein. En termes de ressources, les Mecrosa ne peuvent prétendre à grand chose. Ils n'ont aucune existence officielle, ni même officieuse pour autant que les Mecetti le sachent. On réalise encore de temps en temps des holodrames où ils apparaissent comme protagonistes mais personne ne soupçonne qu'ils existent toujours. Ils agissent donc sous le couvert de leurs activités publiques lorsque c'est possible ou de manière totalement clandestine. L'Ordre de Mecrosa peut s'il y est contraint faire appel à certains de ses membres très bien placés dans la Maison Mecetti mais sa vocation étant de protéger ladite Maison, il veille à ne pas agir d'une manière qui la mettrait publiquement en difficulté.

Le principal atout des Mecrosa outre leur excellente formation individuelle qui en fait des tueurs accomplis demeure le vaste réseau d'espions, d'agents et d'informateurs qui travaille pour eux sans le savoir.
Autant que possible les Mecrosa ne cherchent plus à ce que les gens craignent leur nom mais à ce que les choses nécessaires soient accomplies sans qu'on puisse soupçonner leur implication. Ils ne fonctionnent pas comme une secte ou une agence de renseignements officielle mais plutôt comme une conspiration qui fait tout son possible pour ne jamais apparaître en tant que telle, y compris aux yeux des gens qu'elle sert à leur insu.

***
     

- Les sorciers de Rhand (existe surement à l'époque de SWTOR )

Il était bien connu que d'innombrables dangers guettaient dans les régions inconnues mais, fort heureusement, certains d'entre eux demeuraient confinés dans ces territoires. C'était le cas des Sorciers de Rhand qui avaient choisi d'eux-mêmes de s'isoler, épargnant à tous leur potentiel de destruction.

Les origines de ces Sorciers sont incertaines mais les investigations menées suggéraient qu'ils provenaient de trois écoles de pensée différentes. La première était celle du Glas de Muspili, un culte disparu en 100 000 BBY qui souhaitait invoquer des divinités impies dévastatrices. La seconde était celle des exilés de Kanzer, des fanatiques adeptes de l'esclavage par des moyens mentaux. La troisième provenait d'une branche des Guerriers de l'Ombre Taung qui avait fui dans les régions Inconnues pour rechercher la méditation.

Les Sorciers de Rhand résidaient au fin fond des Régions Inconnues, dans un secteur connu sous le nom de nébuleuse de Perann, elle-même ceinturée d'une douzaine de mondes qui formaient la retraite Nihil. Ces planètes étaient essentiellement peuplées d'acolytes, des individus aux ordres des véritables Sorciers qui vivaient sur Rhand elle-même, au coeur de la nébuleuse. L'accès y était remarquablement difficile, les voyageurs devant triompher des pièges de l'espace autant que des défenses des Rhandites. Bien que tous unis par un même but, les Sorciers de Rhand ne constituaient pas un peuple à part entière, notamment parce qu'il semblerait qu'ils réunissent des individus issus de diverses espèces. Cependant, ils partageaient une caractéristique commune qui perturbait profondément quiconque les croisait : ils semblaient tous dans un état de décomposition plus ou moins avancé sous leurs tenues noires.

En tant que Sorciers, il leur fallait une source à leur pouvoir et celle-ci se basait sur un réalisme des plus sombres, le fait que toute chose, qu'elle soit un être vivant, une oeuvre ou une civilisation, soit vouée à la destruction et la mort. Ils appelèrent ce pouvoir la Nécrose, que les scientifiques définirent comme une vision de l'entropie. Pour les Sorciers de Rhand, la vie n'était donc qu'un état transitoire vers la mort et ils considéraient donc comme des simples d'esprits les individus qui oeuvraient à établir des gouvernements qui leur survivraient. Ils se moquaient également du concept de la Force, une énergie liée à la vie et donc illusoire. En effet, la Nécrose dans laquelle ils puisaient n'était pas créée par les êtres vivants, bien que leurs enseignements eut une certaine attraction sur les utilisateurs du Côté Obscur en particulier. Ils se servaient par conséquent de leurs pouvoirs pour comprendre les voies de la destruction et y évoluer, les sélectionner afin d'orienter les évènements selon leur volonté ou conduire leurs ennemis au désastre. Toutefois, ils ne perdaient pas de vue qu'ils n'étaient eux-mêmes que des véhicules pour la Nécrose et, sachant qu'ils ne pouvaient éviter la mort, s'en servaient également pour déterminer comment disparaître. Certains Sorciers pensaient même pouvoir lier leur conscience à la Nécrose après leur décès pour continuer d'exister jusqu'à la fin de l'univers lui même.

Le glas de Muspili :

Cette religion vit le jour sur la lune forestière de la Trouée Gunninga. D'après les historiens, le Glas rédigea le Codex Taurannix, un ouvrage censé permettre d'invoquer des divinités provenant des replis de l'espace et du temps et hantant d'autres dimensions ténébreuses grâce à un nexus localisé dans la Trouée. De toute évidence, ce culte ne parvint jamais à provoquer son apocalypse tant désirée et disparut dans les régions inconnues. Selon les textes jedi, le Glas de Muspilli fusionna avec d'autres écoles au fil des millénaires pour aboutir à la création des sorciers de Rhand.
     



"Aucune" - Nelseen Glaw, sur les circonstances qui selon elle, justifiaient une reddition.
 

  Revenir en haut  
 
 
    Publicité


 
 
Sujet du message: Publicité
Posté le: Lun 13 Fév - 15:08 (2017)

 
PublicitéSupprimer les publicités ?

 

  Revenir en haut  
 
 
 
Hors ligne
  El'vinus

Guilde: Quasar Impérial
Rang de guilde: Maître du Cercle
Localisation: Sur le Front.
Empire
 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Lun 13 Fév - 16:50 (2017)
Répondre en citant

  Nice, Pavé San. Allez, on lit ce bazar !

*grosse migraine*

Nelseen Glaw a écrit:
J'ai également délibérément fait court

Je crois qu'on a pas la même notion de "court", mais bon. On va faire avec Jawa angel


Nous sommes les PnJs. Nous sommes légion. Nous sommes éternels.
 

  Revenir en haut  
 
 
 
Hors ligne
  Kosse

Guilde: Garde Epsilon / Cercle Exécuteur
Noms républicains: Maranne Voliok
Noms impériaux: Kafkar
Localisation: Pas là. Ni là non plus.
Neutre
 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Lun 13 Fév - 17:12 (2017)
Répondre en citant

 
Excellent boulot Nelseen! Je suis sûr que ca va en aider plus d'un, moi y compris! Shocked

J'ai lû brièvement l'ensemble, j'aiderais à étoffer si besoin... Dans 6 ou 7 mois, le temps de tout lire! Very Happy

Bien joué! Okay



« Le Bien et le Mal n'est qu'une question de point de vue. »
 

  Revenir en haut  
 
 
 
Hors ligne
  Caliddus

Guilde: Indépendant
Noms républicains: Mé il et fou
Noms impériaux: Olivia Voldaren
Localisation: Là ou il y a des complots.
Empire
 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Lun 13 Fév - 17:20 (2017)
Répondre en citant

  G pa lu



En lice pour rester lauréat de la signature la plus inutile du forum.
 

  Revenir en haut  
 
 
 
Hors ligne
  Télënias

Guilde: Organisation Phantöm
Rang de guilde: GM
Noms républicains: Fëyte Silix / Naicën / Telenias / Elïsya
Noms impériaux: Télënias / Naïcen / Elisya Targën / Feyte Silix
Localisation: Yavin, Dromund, l'Effroyable
Empire
 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Lun 13 Fév - 19:56 (2017)
Répondre en citant

  J'ai ... Clairement pas tout lu.

Non, c'est pas vrai, j'ai pas esquivé tout ce qui touche aux Jedi ...


Mais sacrément intéressant. J'avoue, j'ai vaguement lu en diagonale. Pas mal d'ordres / rassemblements de sensibles que je connaissais pas, et y'a de quoi s'inspirer.

Et un gros merci pour le passage avec les cristaux, depuis le temps que je croise en RP des gens qui parlent du cristal de leur sabre et que j'avais pas la moindre idée de l'effet potentiel qu'ils peuvent avoir ...

Dommage qu'il y ait pas les noms des incantations pour les Sith par contre.


Tu viens de perdre cinq secondes de ta journée à lire cette signature.
 

  Revenir en haut  
 
 
 
Hors ligne
  Liz'

Guilde: Indépendante
République
 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Lun 13 Fév - 23:59 (2017)
Répondre en citant

  Très intéressant et clairement très utile.

Je me permet quelques remarques qui sont moins de l'ordre de la critique que de celui de la précision éventuelle, de l'hypothèse ou de la question.


Tout d'abord, à propos des traditions mentionnées ou rencontrées dans les trois jeux (KotOR, KotOR2 et SWTOR) :

- Jal Shey : Trois choses à leur propos me paraissent dignes d'attention.
1) Ils ont une approche académique de la Force (plutôt que mystique ou cultuelle).
2) Ils portent un sabre laser, mais sont loin d'être aussi versés dans son maniement que les jedi ou les sith.
3) Leur bonne réputation en tant que diplomates et leur côté itinérant en fait, à mon sens, une organisation relativement connue, du moins dans certains cercles et ce, malgré leur nombre restreint. On peut aussi imaginer que lorsque l'ordre jedi connait des moments difficiles (comme ce qui se passe avec Zakel par exemple :p), les Jal Shey représentent une alternative pleinement envisageable pour ceux qui recherchent des diplomates sensibles à la Force... ou des professeurs pour des enfants démontrant des dons de sensibilité à la Force.

- Luka Sene : Tu qualifies cette tradition de secte, j'aurais plutôt utilisé le terme d’académie en fait. Tous les miraluka sont sensibles à la Force (puisqu'ils "voient" grâce à la Force) mais certains sont plus sensibles que d'autres. Et lors de leur éducation, ces miraluka montrant des dispositions plus fortes pour la Force sont encouragés à rejoindre cet espèce d'organisme officiel académique. J'imagine que le Luka Sene (l'organisation académique) est l'héritière de la tradition primitive de la Force propre aux miraluka (il y a d'autres espèces qui ont leur propre tradition d'ailleurs). Je trouve ça intéressant, parce qu'au final, il me semble que les miraluka qui font partie de l'ordre jedi sont une minorité.

- Mystiques Voss : Étonnant que tu ne les aies pas mentionnés, ne serait-ce que pour faire le point sur eux ^^

- Ordre de Shasa : Culte de selkath sensibles à la Force. A l'origine, ordre fondé en sous-main (en sous-marin ? Razz) par les sith, mais que l'intervention de Revan a permit de rendre plus neutre voire même orienté vers le côté clair de la Force (KotOR). Ils sont essentiellement dévoués à la défense de Manaan et à la préservation de ses traditions. Pour ce faire, ils s'appuient sur des pouvoirs particuliers et assez spécialisés (détection de la tromperie, forme de contrôle mental induisant la confusion et vague télékinétique), et sur le maniement d'une arme blanche (le ou la fira).
On les croise / affronte dans SWTOR (Shadow of Revan), sur Manaan bien sûr. Wookiepedia nous dit qu'ils ont fini par établir des liens de confiance avec certaines organisations de bonne réputation comme l'ordre jedi ou les Jal Shey.

- Zeison Sha : Une organisation d'êtres sensibles à la Force installés sur Yanibar. Isolationnistes, ils mettent l'accent sur la survie dans leur monde hostile. Ils s'appuient sur leur maîtrise de la télékinésie et le maniement une arme particulière : le disque-lame. Ils sont farouchement opposés à la séparation des enfants avec leur famille. Ils conservent une forte rancune envers les jedi, pour des raisons historiques (ils considèrent que les jedi les ont abandonné par le passé) et philosophiques (ils considèrent les jedi comme des voleurs d'enfants ^^). Pour autant, ils sont plutôt orientés côté clair de la Force.
Ils sont mentionnés dans KotOR2 et SWTOR.


Il existe aussi d'autres organisations héritées de traditions de la Force propres à certaines cultures, et susceptibles d'être présentes à l'époque du jeu. Quelques exemples qui me semblent intéressants, en vrac, et sans vraiment développer :

- Braises de Vahl : Culte de la déesse Vahl (incarnation de la nature destructrice du côté obscure de la Force), lié à la culture des vahla (des Presqu'humains nomades et sensibles à la Force).

- Keetael : Tradition de la Force des draethos, orientée chasse et combat, qui reconnait l’existence du côté clair et du côté obscure sans pour autant s'aligner sur l'un des deux.

- Trouveurs : Tradition mystique/shamanique gand qui a peut être un lien avec la Force. Ses adeptes ont des dons de pistage particulièrement développés. Yuun est un exemple de Trouveur...

- Enfin, ça fait longtemps que je m'interroge sur la religion mirialane qui est censée être basée sur une compréhension primitive de la Force. A part l'article de wookiepedia, j'avoue n'avoir rien trouvé dessus. Ce manque de renseignements me laisse sur ma faim, d'autant que vu l'importance de la religion chez les mirialans, ça pourrait être utile à beaucoup de joueurs de mirialans d'en savoir plus ^^


Edit : fautes z'horribles diverses (et c'est pas fini ^^)


Dernière édition par Liz' le Mar 14 Fév - 02:02 (2017); édité 1 fois
 

  Revenir en haut  
 
 
 
Hors ligne
  Nelseen Glaw

Guilde: Le Cénacle/Cercle Exécuteur
Rang de guilde: Membre/Egide
Noms républicains: Nelseen
Noms impériaux: Bélasco
Localisation: Entre les mâchoires de la mort
Neutre
 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Mar 14 Fév - 00:46 (2017)
Répondre en citant

  Hey, merci pour les ajouts/precisions.

- Concernant les Luka sene, j'ai utilise le terme de secte au sens premier du terme ( soit un ensemble d'individus partageant une même règle de conduite, une même doctrine philosophique, religieuse, etc., soit un groupe plus ou moins important de fidèles détachés d'un enseignement officiel et ayant créé leur propre doctrine.)

Les Miraluka sont assez ethnocentres pour le coup, je me suis dis que ca colle bien en traduction.

- Les Voss et les Shasha ont des codex ingame et je n'ai pas trouve d'autres sources a leur sujet (de memoire les deux furent crees pour Kotor/Swtor) dont je n'avais rien de plus a dire dessus.

Pour les mirialans, j'ai un peu fait le tour, mais je n'ai pas trouve plus que le Wookipedia en vo. La meilleure traduction et la plus detaillee se trouve ici : http://swtor-rp.webrpg.info/t1323-Fiche-aide-RP-Les-races-jouables-Tout-sur…


"Aucune" - Nelseen Glaw, sur les circonstances qui selon elle, justifiaient une reddition.
 

  Revenir en haut  
 
 
    Contenu Sponsorisé


 
 
Sujet du message: [AIDE AU MJ] Le Fluff et la Force
Posté le: Aujourd’hui à 04:14 (2017)

 

 

  Revenir en haut  
 
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Communauté Roleplay francophone SWTOR Index du Forum :: Holothèque :: Aides au Roleplay :: Univers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1
Montrer les messages depuis:   

 
Sauter vers:  





Portail | Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

LUCASARTS, LE LOGO LUCASARTS, STAR WARS™ ET LEURS ÉLÉMENTS DE PROPRIÉTÉ SONT DES MARQUES COMMERCIALES DE LUCASFILM LTD. ET/OU DE SES FILIALES AUX ÉTATS-UNIS ET/OU DANS D’AUTRES PAYS. © 2011 LUCASFILM ENTERTAINMENT COMPANY LTD. OU LUCASFILM LTD. TOUS DROITS RÉSERVÉS. BIOWARE ET LE LOGO BIOWARE SONT DES MARQUES COMMERCIALES D'EA INTERNATIONAL (STUDIO ET PUBLISHING) LTD. EA ET LE LOGO EA SONT DES MARQUES COMMERCIALES D'ELECTRONIC ARTS INC. TOUTES LES AUTRES MARQUES COMMERCIALES APPARTIENNENT À LEURS PROPRIÉTAIRES RESPECTIFS.

Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com

Star Wars : The Old Republic by LucasArts - Bioware - EA
© 2012 - 2017 Communauté Roleplay francophone SWTOR, Tous Droits Réservés.
Reproduction partielle ou totale interdite.